Bandeau Longueur d'Ondes n° 101

REQUIN CHAGRIN

L’ASTRE POP

Requin Chagrin nous revient pour un troisième album lumineux : Bye Bye Baby. Ou l’art délicat de la pop à la française.

Requin Chagrin représente ce qui se fait de mieux en matière de pop française. Reprenant avec une grande élégance l’héritage laissée par Elli & Jacno. Bye Bye Baby enfonce le clou avec un son ancré dans les années 80 mais agrémenté d’une production moderne : « J’aime beaucoup la compilation BIPPP de Born Bad sur la french synthwave 79/85, l’époque des jeunes gens modernes. J’adore Jacno, les Stinky Toys. J’ai mis beaucoup de synthés dans le nouvel album, mais je ne voulais cependant pas que cela soit un total virage 80’s. On peut faire plein de choses avec les synthés. J’ai acheté il y a quelque temps un nouvel enregistreur à bande. Cela m’a amené à un son un peu nouveau. Je me suis éclatée avec ça. J’ai eu envie de mettre des effets dessus, que le son des claviers puisse se rapprocher de celui de l’orgue. Avant Requin Chagrin j’étais dans un groupe garage. Pour ce troisième album j’avais envie d’affiner la production même si je continue d’avoir une approche D.I.Y. de la musique et que j’aime toujours les reverbs sur les guitares et les voix. »

Depuis la signature du groupe chez KMS Disques, label de Nicola Sirkis, l’audience du groupe s’est encore élargie : « Dès le début de notre collaboration on a fait les premières parties d’Indochine. Leurs fans venaient nous voir après les concerts pour nous dire qu’ils avaient bien aimé, c’était cool. Nicola a envie que notre projet fédère le plus de gens possible. C’est facile de travailler avec lui. Il me laisse une liberté totale pour produire la musique que je souhaite faire et me permet de me sentir en confiance. »

Du son lo-fi garage-surf des débuts à la pop mélancolique de son deuxième album, Requin Chagrin se dirige aujourd’hui vers quelque chose de plus lumineux, de plus solaire à l’image du titre “Perseides” qui évoque cette pluie d’étoiles filantes que l’on peut observer dans le ciel autour du 15 août : « Quand j’étais petite, dans le Sud, on regardait ce phénomène avec mes parents et amis. On faisait chacun un vœu lorsque l’on voyait une étoile filante. Ce souvenir m’est revenu et m’a inspiré ce morceau. »

Requin Chagrin avec cet album invite à de nouveaux horizons, à l’évasion, à l’image de ce titre “Bye Bye Baby” qui encourage à s’émanciper ou avec cette superbe pochette signée Guy Billout, illustrateur de renom : « Lorsque je suis tombé sur cette illustration elle m’a de suite accrochée. On avait envie de la regarder de longues minutes durant. Mon manager et le label ont contacté l’artiste pour qu’il donne son accord à ce que l’on puisse l’utiliser. »

Si l’épidémie de Covid a amené à une production musicale un peu sombre, cela a provoqué l’effet inverse chez Requin Chagrin. La mélancolie des débuts est certes toujours là, notamment dans les textes, mais la musique dégage quelque chose d’un peu plus chaleureux : « J’étais bien sûr comme tout le monde au début de l’épidémie, un peu choquée mais le fait d’être enfermée à la maison ne m’a pas empêché de m’amuser, de faire de la musique. On a décidé de sortir cet album maintenant. Les gens ont envie d’écouter de la musique et nous, nous sommes contents de sortir ce disque. On aurait aimé faire une release party mais on espère pouvoir jouer cet été. On a hâte de retrouver le public, d’échanger à nouveau. »

PIERRE-ARNAUD JONARD
Photos : Andrea Montano

Bye Bye Baby – KMS Disques – Sony Music

>>Site de Requin Chagrin

ARTICLES SIMILAIRES