ANGLE MORT & CLIGNOTANT
À plein pot

On aurait pu les oublier sur une aire de repos depuis leur premier disque en 2014, A10, à l’image de ces compagnons de fortune que l’on délaisse égoïstement sur le bitume, ni vu ni connu. Ainsi le monde de la musique est un tel échangeur autoroutier, où parfois certains restent sur le bas-côté, oubliés dans le tumulte d’un trafic automobile de plus en plus dense. Groupe périphérique par excellence, le binôme d’Orléans devrait cependant, avec son second LP, Code Pin, atteindre un audimat à sa démesure. À la baguette d’un rap foutraque, barré et déviant, si bien que même Cadillac (Stupeflip) leur a fait des appels de phares, Mathieu, chanteur à la voix claire, décrypte le caractère atypique de cette musique chargée en nitroglycérine : « Nos morceaux sont énergétiques et nos concerts sont caractérisés par une “good vibe hystérique”. C’est aussi dû au fait que nos textes fonctionnent selon un jeu de questions-réponses entre nous, tels des passe-passe entraînant un flow qui s’accélère. » Mettre la gomme, une démarche au sens propre comme au figuré pour ces fous du volant, dont les titres flirtent allègrement au-delà des 150 BPM. Une intention soutenue par une assise musicale électronique empruntant aussi bien à la techno qu’à la trap, poussant même le champignon jusqu’à une macchina que l’on a trop souvent réduite au parking d’un rassemblement de passionnés par le tuning. Romuald, l’autre chanteur, au timbre plus grave, précise cette intention : « Notre démarche n’est pas cynique. Les thèmes que l’on traite partent d’une fascination, c’était le cas pour les zones industrielles, ça l’est aussi pour le tuning. » Un dernier conseil avant de prendre le volant ? « Il ne faut pas fermer les yeux sur la vie qui défile dans le rétroviseur, on se construit avec le passé. » Comme quoi la conduite, ça peut aussi faire philosopher…

JULIEN NAÏT-BOUDA

Photo : WILLIAM DAVIAU

Code Pin Atypeek Music – Fauchage Collectif

>> Site de Angle mort & Clignotant


Publié le