Le Super Homard, leur EP The Pomegranate Tree sur Longueur d'Ondes

UNE BONNE PÊCHE

Christophe Vaillant a été l’une des figures de proue de la petite scène musicale avignonnaise avec ses groupes 60’s tendance pop et mods, Pony Taylor et The Strawberry Smell. Avec ces derniers, il avait même signé chez le label anglais cultissime Detour, et joué à un événement organisé par le NME, bible du rock british. « Après ces aventures, mes musiciens ont arrêté le rock pour faire des bébés. » Christophe monte donc le Super Homard pensé comme un projet solo avant que des musiciens locaux ne viennent le rejoindre : « J’ai eu besoin de gens pour le live mais je continue de tout faire tout seul sur les disques. »

Avec ce nom tiré du film de Lautner, Ne nous fâchons pas, Christophe fait un clin d’œil à ses années mods même si le son, lui, a changé. Si on s’éloigne en effet des premières amours Who ou Small Faces, l’influence sixties reste malgré tout bien présente. Mais plutôt celle des bandes originales de films composées par Ennio Morricone ou François de Roubaix. « J’aime aussi beaucoup Francis Lai et toutes les musiques d’illustrations sonores ; ces musiques au kilomètre avec des sons de clavecin ou de mellotron. Le premier morceau de notre nouvel EP fait effectivement très François de Roubaix. » Ces ingrédients de qualité permettent au Super Homard de délivrer une musique délicieuse, sorte de pop atmosphérique qui fait d’eux de petits cousins éloignés de Air à ses débuts. On les rapprochera aussi d’un groupe comme Tahiti 80 avec cet amour partagé pour la pop sophistiquée ainsi qu’une grande érudition musicale.

 

 

Si le combo regarde dans le rétroviseur 60’s, il ne souhaite pas être un groupe revivaliste. « J’aime bien sûr plus particulièrement la musique des années 60 mais je ne m’interdis pas d’introduire des éléments de musique électronique dans mes morceaux. » C’est en cela que le son du Super Homard peut être comparé à celui produit par le label français Tricatel ou l’espagnol Elefant Records.

Dès ses débuts, le groupe connaît un bon rayonnement international puisque son premier effort studio sort au Japon, au Royaume-Uni, aux Etats-Unis et en Grèce. L’un des morceaux sera même diffusé à la BBC. Une image positive qui permet à la formation, peu de temps après la sortie du disque, d’être programmée au Festival Yeah ainsi qu’au This is not a love song de Nimes.

Le Super Homard, leur EP The Pomegranate Tree sur Longueur d'Ondes

Après des performances remarquées avec juste un album sous le coude, le groupe vient de sortir un EP, nouvel enchantement ensoleillé, à l’image de sa pochette qui rappelle à Christophe les grenades de son enfance. « Le côté lumineux de notre musique vient peut être du fait que l’on vienne du Sud. » Le groupe ne compte pas s’arrêter en si bon chemin puisqu’un nouvel album est déjà prêt. « Il est fini. Il y a encore quelques mix à faire, mais pour le reste tout est fait. Il y aura une douzaine de morceaux dessus dont certains du dernier EP. Je cherche actuellement une maison de disques car je ressens le besoin de passer à un stade supérieur. J’espère pouvoir le sortir avant la fin de l’année. »

Hâte d’entendre le résultat !

>> Site de Le Super Homard

Texte & Photos : Pierre-Arnaud Jonard

The Pomegranate Tree EP


Publié le