Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

IAMVERYDUMB

“I don’t want to fight”

 

Présentation

 

« Je suis Iamverydumb, j’ai 26 ans et je suis basé à Caen. Mes influences oscillent entre la pop catchy de The Weeknd, les chefs-d’œuvre hantés de Sufjan Stevens, les mélodies divines de Moses Sumney. Quelque part au milieu de tout ça, on y retrouve Radiohead, mais c’est presque devenu cliché de le dire, non ?
Quand le plus grand de mes frères a attrapé une guitare à son plus jeune âge, et que le suivant s’est rué sur la batterie, j’ai fait un grand doigt d’honneur en disant que moi, j’allais simplement chanter. Aujourd’hui, ils m’épaulent tous deux sur ce projet à la production, au mix et sur scène.
En tant qu’artiste, mon but premier est d’écrire des morceaux qui peuvent toucher les gens qui me ressemblent, qui partagent les mêmes peurs, les mêmes goûts, les mêmes petits bonheurs de la vie. Mon but secondaire, plus caché, est de renverser le gouvernement en place. »

 

 

“I don’t want to fight”

 

« “I don’t want to fight” est un hymne à la renonciation, à l’abandon. C’est la complaisance d’une vie sans lumière qui nous tabasse silencieusement, sans une once d’envie de s’en relever. C’est le moment où on rebaisse la tête après avoir sondé autour de soi un espoir, une porte de sortie, qu’on n’a pas pu trouver. Pour être tout à fait factuel, ce que je décris, c’est le monde professionnel “classique” tel que je l’ai vécu quand j’y suis entré en étant tout bébé (à 21 ans). C’est une expérience qui m’a marqué, et dont je semblais partager le ressenti avec quelques-uns de mes pairs, ça m’a donc semblé être un sujet cohérent pour une chanson. Ça parle également de la fuite, pas beaucoup plus saine dans ce cas précis, vers des échappatoires qui isolent, celles qui font passer des nuits derrière un écran et qui décalent des rythmes de sommeil. »

 

 

Clip

 

« Le clip a été pensé par Valentin Barbier (mon grand frère) et moi-même. Le contenu du clip est très lié à celui des paroles du morceau, puisqu’il met en scène un type (que je joue) qui a abandonné l’idée de se mouvoir pour quoi que ce soit, bien qu’un nombre de situations assez improbables arrive autour de lui. La pluie pourrait se mettre à tomber, il pourrait se faire crier dessus, il pourrait même prendre une droite qu’il ne changerait pas son expression du visage neutre et sa posture amorphe. Et pourtant, beaucoup de personnages très hauts en couleur animent le clip : Skate Middleton et Jean-Marie Curry pour ne citer qu’eux. Le clip a été réalisé par Albus Zaleich, dont c’était, comme moi, le premier clip. On a tourné à Caen un samedi ensoleillé d’avant-Noël, une idée brillante puisque les rues étaient noires de monde, ce qui m’a filé une trouille gigantesque. On a dû répéter plusieurs fois que non, on ne savait pas où était la parade de Noël, et que non, ce n’était pas un clip pour Orelsan. Mais c’était très chouette à tourner, malgré tout. »

 

 

Projets

 

« Le projet Iamverydumb va connaître un début d’année mouvementé, puisqu’après ce clip, sortira l’EP qui se nomme Queenside Castle. Il sort le vendredi 22 mars, et compte bien se faire une place bien douillette dans toutes les playlists du monde. Avec Valentin, on défendra l’EP sur scène sur plusieurs dates, notamment le 14 mars au Big Band Café (Hérouville-Saint-Clair) en première partie d’Aliocha Schneider, ou encore le 15 mars à la Mosaïc (Lisieux) en première partie de So Lune.
On est toujours en chasse pour d’autres dates, en Normandie ou même ailleurs, et on compte bien venir faire danser et faire pleurer jusque sur vos paliers s’il le faut. »

 

>> Site de Iamverydumb

 

 

ARTICLES SIMILAIRES