Pumpkin & Vin'S da Cuero ® Bastien Burger

Être son meilleur pote.

Dans la sphère du rap français, ce duo ne peut plus passer inaperçu. En toute indépendance, il active depuis quelques années un écosystème autour de sa musique et de son label, visant à chaque étape à toujours pousser le curseur plus loin.  

Fin 2018, son album Astronaute a marqué un nouveau cap par rapport à Peinture Fraîche sorti en 2015. Pour la rappeuse, l’explication coule de source. « Astronaute est beaucoup plus abouti. Nous avions certainement plus de confiance en nous. » Si le rap des années 90 les inspire toujours autant, chacun à sa manière aime rappeler la liberté qui est la sienne. Pumpkin affirme sans complexe : « Mon truc, c’est quand même de faire de la musique. Il y a une école qui voudrait que le rap soit avant tout de la revendication. Si c’était mon cas, il y aurait plein d’autres moyens : écrire des livres, s’engager en politique. Quand tu écoutes notre musique, la musicalité est aussi importante que le propos. » De son côté, le beatmaker n’affiche pas spécialement l’étiquette musicale boom bap dans laquelle certains voudraient les enfermer : « Cette musique ne s’est pas arrêtée au début des années 90. Il y a des artistes comme Kaytranada, qui ont vraiment cette inspiration, mais avec un traitement très actuel ! L’avantage du boom bap, comme il est basé sur le sampling : tu peux écouter de tout. Notre morceau “Mauvais genre”, certains vont dire que c’est de l’électro, mais la production et la rythmique sont très boom bap. C’est tellement subjectif en réalité, que je ne me pose plus vraiment la question. En tout cas, je sais que j’aime la musique organique, parce que les sonorités sont souvent très intemporelles. » Plus largement, il regarde avec lucidité l’évolution du rap. « Depuis quelques temps, je pense qu’il y a des rappeurs qui ne sont absolument pas dans la culture hip-hop. Pourquoi pas ? Le rap a tellement grossi qu’il s’est affranchi et a créé quelque chose d’autre. » Loin de se réduire à de simples gardiens du temple, Pumpkin décrit avec fierté combien cette pratique a été le lieu d’une véritable émancipation personnelle. « Je suis admirative de ce que j’ai réussi à accomplir, pas en matière de ventes, mais être capable de monter sur scène, faire des concerts, pouvoir faire des interviews, pouvoir structurer correctement ma pensée pour expliquer les choses, c’était quelque chose de très compliqué pour moi avant. Pendant les ateliers, je dis aux gamins qui ont peur de prendre le micro, qu’il faut toujours commencer par être son meilleur pote. » Pour elle, le rap reste avant tout une histoire de volonté. « En fait, toute mon évolution s’est faite publiquement. Je n’ai pas attendu d’avoir la maturité pour sortir un disque. Ce sont vraiment tes projets qui te font avancer. »

Un nouvel LP est annoncé pour 2020. Même si Vin’S da Cuero avoue avoir eu besoin de décompresser, la création est déjà largement amorcée. « Pour le prochain album, en réalité, il y a assez peu de samples, comparé à Astronaute… Ce que j’aime bien faire sur un nouveau projet, c’est trouver de nouvelles façons de composer. Il y a un plugin, qui a beaucoup changé ma façon de travailler, c’est Melodyne. Il permet d’analyser une phrase musicale et ainsi de dissocier toutes les notes. Comme j’utilise beaucoup de couches sonores très différentes, je vais pouvoir changer les accords, en les multipliant, tout en gardant la même texture et les mêmes sonorités. Je me sens, du coup, beaucoup plus libre. »

 

Pumpkin & Vin'S da Cuero ® Bastien Burger

 

Pumpkin & Vin'S da Cuero ® Bastien Burger

 

Pumpkin & Vin'S da Cuero ® Bastien Burger

 

Pumpkin & Vin'S da Cuero ® Bastien Burger

 

Astronaute / Mentalow Music

LAURENT THORE
Photos : BASTIEN BURGER

>> Site.


Publié le