Pause Guitare ©Marylene Eytier - Longueur d'Ondes

Du 4 au 9 juillet 2017 à Albi (81)

PAUSE MÉTÉO : Plein soleil et chaleur caniculaire pendant 4 jours. Pluie légère et rafraichissement en fin de semaine.

 

PAUSE CADRE : Pendant le festival, toute la ville Albi, citée touristique classée au patrimoine mondial de l’Unesco est en fête : 11 bars, 3 scènes Off Place du Vigan, 4 scènes In intérieur (Athanor, Le Grand Théâtre et le Théâtre des Lices), et la grande scène de la prairie de Pratgraussals.

 

PAUSE HISTOIRE : 21 ans d’activisme musical pour ce festival éclectique organisé par l’association « Arpèges et Trémolos » dirigée de main de maître par Annie et Alain Navarro. Fort d’un rayonnement national, le festival Pause Guitare s’impose comme un événement culturel incontournable.

 

PAUSE EN CHIFFRES : 72000 spectateurs, 950 bénévoles…

 

PAUSE AL’BEACH : Quoi de plus agréable qu’une plage aménagée avec transats, piscine gonflable, parasols, et brumisateurs pour les pauses et les rendez-vous pros. C’est la brillante idée qu’ont eu les membres d’Ulysse Maison d’Artistes, chargés d’accueillir les journalistes et professionnels cette année. Un grand bravo à toute l’équipe pour cette première édition.

 

PAUSE ÉMOTION : C’était la dernière édition pour Tristan le responsable de communication du festival qui s’en va voler vers d’autres projets ; l’occasion pour toute l’équipe de lui rendre un vibrant hommage sur la grande scène de Pratgraussals. Bravo Tristan.

 

PAUSE OFF :
Entre la grande scène des Amis du jour d’Œuf, La Caravane du Vladkistan et la Scène « Expérience Acadie », le public du Off n’a que l’embarras du choix. À l’image du festival, la mixité des styles fait la richesse des soirées sur la place Vigan avec notamment Yemguy (rap-rock-électro), Dot (rock brut efficace),  Tana & The Pocket Philarmonic (swing-folk), Tiwiza (fusion-rock) et Mirage Club (électro-rock affuté).
Dans la caravane du Vladkistan : Carton plein pour Vlad trio avec son show punk décalé et politico-incorrect. Même esprit avec ZoB’, zébulon anarchique (Prix du public au tremplin Pause Guitare 2016) et ses deux acolytes tout aussi déjantés.

 

PAUSE QUÉBECOFOLIES & ACADIE :

Cette année encore, Arpèges & Trémolos avec Bleu Citron Production ont fait la part belle au Canada, représenté par différentes structures du Nouveau Brunswick et du Québec, et donc par plusieurs groupes acadiens et québécois. On a retrouvé certains groupes sur la scène des QuébecoFolies, puis d’autres aux vitrines Expérience-Acadie et sur la Scène de l’Acadie installée dans le Festival Off au centre ville.
Pause-rock pour Pierre Guitard, de Moncton. Rockeur pur, avec ses moments de tendresse, Pierre compose et écrit principalement sur la vie et les peines de cœur. Julie Doucette au piano apporte des touches de douceur quand la batterie se déchaîne. Un jeune groupe  prometteur qui devrait convaincre l’Europe !
Pause-sourire pour Medhi Cayenne, le plus Français des Québécois. Il chantait seul en 2015, maintenant ils sont trois sur scène. Ce jeune artiste représente la fougue de la jeunesse à laquelle s’ajoute une tendresse poétique qui n’appartient qu’à lui. Il épingle des mots écorchés sur un rock frénétique. Ses chansons sont tour à tour douces et romantiques, et puis enflammées. Il sait passer du folk-rock au punk-funk. Il ose tout et réussit tout.
Pause-débridée pour l’Acadien Joey Robin Haché fort démonstratif sur scène. Il est très incarné et vit sa musique à fond : dans une gestuelle débridée il pousse des hurlements de douleur, de rires, se plie vers sol, tombe à genoux, et finit par chanter et jouer de la guitare à l’horizontale. Sa voix est toujours en avant, ce qui donne au show une coloration chanson qui ouvre la place au texte, et quand une trompette intervient sur une chanson d’amour tendre, elle devient du coup déchirante.
Pause-pop pour Alfa Rococo, une pop aimantée-électro, une explosion de bulles de Champagne rosé. C’est beau, c’est frais, c’est plein de gaîté et assez kitch, ça rapproche les humains. David Bussières (guitariste au Cirque du Soleil) et Justine Laberge, unis à la scène comme à la ville, composent une jolie musique pop toute en légèreté menée par une voix légère et mélodieuse, à la Vanessa Paradis.
Pause-trad pour Tire le Coyote, un groupe emblématique de la ville de Québec. C’est du trad harmonieux et ce n’est pas prétentieux. Les univers sont poétiques et attachants. La musique fait voyager, les textes captent l’attention et la voix du chanteur embarque l’écoute durablement.
Pause-tendresse pour Saratoga. C’est une belle histoire d’amour entre Chantal Archambault, belle voix, beau jeu de guitares qui a déjà deux albums à son actif, et Michel Olivier Gasse qui joue avec plusieurs autres groupes québécois. En scène ensemble, ils se font plaisir et offrent de douces et jolies balades. Leur prestation est très esthétique, ils s’échangent places et instruments.
Pause-Acadie pour Danny Boudreau, le charismatique Acadien. Musicalement il regroupe des aspects traditionnels country avec des accents celtiques iodés et une teinture folk-rock assurée. Il est entouré de musiciens qui assurent au violon, mandoline, accordéon et batterie. Les titres sont très enlevés, dansants.

 

PAUSE NOSTALGIE : Renaud très attendu par un public fidèle et indulgent a su séduire les plus nostalgiques. Le spectacle servi par d’excellents musicien, tient la route et ses succès font le reste. Mais l’artiste qui a commencé son show en regrettant la durée trop courte du spectacle (1 heure) semble bien fatigué.

 

PAUSE ENGAGEMENT : Féfé un artiste au grand cœur, partage sa musique universelle comme ses convictions. Après un bain de foule très apprécié, il invite le public à une ‘prière laïque’, poing tendu : l’un des moments d’émotion le plus fort du festival.

 

PAUSE PAPYS : ZZ Top les papys mythiques semblent avoir hérité d’une fontaine de jouvence. Virtuoses de leur instruments, ils enchainent leurs tubes rock-blues avec une énergie bluffante. La claque !

 

PAUSE TREMPLIN : Le tremplin chanson invite chaque année 5 lauréats issus des dispositifs du réseau. Ainsi Wallace et son swing-rock progressif, Les Idiots duo chanson-humour-réaliste, Makja duo philosophico lyrique, Clio et ses chansons folk tout en douceur et Dalton Telegramme groupe belge aux influences pop western bourré d’énergie, ont eu 20 minutes chacun pour séduire le public, le jury et les correspondants de La Dépêche du Midi. Ce sont les quatre musiciens de Dalton Telegramme qui raflent les trois prix. Bravo à eux.

 

PAUSE SACEM : Le magnifique théâtre des Lices accueille le plateau Sacem. Deux projets mis en lumière juste après leurs résidences, une exclu.
Le set de Mesparrow toujours impeccable, présente les nouvelles chansons en français issus de son dernier opus « Jungle contemporaine ». Un moment d’exception électro-pop entre modernité et hyper-réalisme.
Voyage intemporel avec le groupe Lo’Jo, ses voix envoutantes et ses harmonies universelles.

 

PAUSE CONFIRMATION : Radio Elvis n’en finit pas de grandir. Ici sur la grande scène le trio a eu la difficile tâche d’ouvrir la dernière soirée à Pratgraussals devant le public des Insus qu’ils ont su séduire avec de larges sourire et leur énergie rock à la française.

 

PAUSE COMPLET : Guichets fermés pour le concert de clôture à Pratgraussals où 14000 fans de Téléphone nostalgiques ont presque retrouvé leur groupe d’il y a 30 ans. Le spectacle des « Insus(Portables) » fut à la hauteur des espérances, pour cette dernière, nous rêvions tous en chœur d’un autre monde…

 

PAUSE CONCLUSION : Une très belle réussite pour ce 21ème Pause Guitare dont l’éclectisme, l’ouverture et l’humanité font la force !

 

>> Le site officiel du festival Pause Guitare

Texte : Marylène Eytier et Annie-Claire Hilga
Photos : Marylène Eytier

 

Publié le