“Break a leg”
(Autoproduit)

Faire de la faiblesse une force, de toute malchance une occasion, tel semble être le leitmotiv du premier opus de Mathilde Morvan, alias Mathilde en Juillet : Break a leg. 2006, contrainte à l’immobilisation par une mauvaise fracture, elle commence à écrire. 2009, l’urgence d’une vilaine tumeur, précipite l’enregistrement. Partant, nul pathos, nul apitoiement mais un disque à l’intimité solaire, petits bijoux pop finement troussés dans la quiétude de l’île de Ré. Comme une cousine éloignée qui nous revient, après un long voyage, plus adulte, plus fragile, Mathilde en juillet impose et propose un portrait en ombres chinoises qui prend sa source dans l’unique, ce qui nous fait nous, ce que nous sommes, si proche , si différent, si profondément “humain, trop humain”. Dans ce contexte, la chanson “I will survive” résonne d’une ironie mordante, d’une injustice prémonitoire. myspace.com/mathildeenjuillet

Yan Pradeau


Publié le