Bandeau Longueur d'Ondes n° 101

NICOLAS PAUGAM

Café de la Danse, 5 avril 2024

En première partie de Nicolas Paugam on a plaisir à entendre David Lafore qui, dans une formule duo, nous offre un excellent set. Dans ce style ironique et pince-sans rire plein d’auto-dérision Lafore est parmi ce qui peut se faire de mieux en France. Ses textes sont extrêmement bien écrits et fort drôles. Derrière l’humour toujours présent on sent poindre une certaine émotion qui nous touche au plus profond. Assurer un concert en caleçon sans avoir l’air ridicule est une gageure et David Lafore s’en sort haut la main.

 

Nicolas Paugam arrive ensuite pour nous présenter son nouvel album La Balade Sauvage qui sortira fin avril. L’Ardéchois d’adoption est accompagné pour ce concert d’une section rythmique d’enfer avec Thibault Brandalise à la batterie et Kenny Ruby à la basse, deux musiciens qui ont accompagné Iggy Pop sur sa dernière tournée internationale.

 

L’artiste débute son set par un très beau morceau de son album à venir, “La Valeur ajoutée”. On poursuit le concert avec les délicats et charmants “J’ai connu une colombe”, “L’Homme heureux” et “Le Bruit de l’O”. Entre les morceaux Paugam plaisante avec ses musiciens et/ou le public ce qui donne au show une dimension intimiste qui lui va bien.

Comme Lafore mais d’une manière différente Nicolas Paugam manie avec élégance humour et émotion car à un fort drôle “ La pêche aux langoustines” succède un poignant “Sylvain et Sylvette”. ”Je m’amusais” autre titre du nouvel album à venir nous donne envie de découvrir celui-ci au plus vite.  “La vie, c’est bien trop compliqué” un titre de Mon agitation, album de 2015, est joué de manière bossa-nova et c’est juste superbe.

 

Le concert se termine avec “Le Bègue du Klondike” une pépite rock/ pop tiré de ce formidable album qu’est Padre Padrone. Paugam revient ensuite pour un rappel de trois titres : “Les Serpents de l’Arkansas” qui le voit sous son côté le plus chanson et le montre comme l’un des plus dignes héritiers de Pierre Vassiliu puis “Dans ton thé” encore un titre du nouvel album et le très beau “ La Complainte du Titanic” au texte d’une rare intelligence sur la lutte des classes.

 

Un concert de très grande qualité qui montre si besoin était que Nicolas Paugam est l’un des plus grands artistes hexagonaux. Aussi doué pour la chanson que pour le rock, pour la folk que pour la bossa il est un artiste rare et à part.

 

Texte : Pierre-Arnaud JONARD

Photos : Edith CLAVEL

 

ARTICLES SIMILAIRES