Bandeau Longueur d'Ondes n° 101

LOUIS CHEDID

Au sommet son art

Louis Chedid fête cette année ses cinquante ans de carrière (son premier album Balbutiements est sorti en 1972). Pour fêter cela il nous offre aujourd’hui un magnifique disque, En noires et blanches, un album où, accompagné d’Yvan Cassar il revisite ses standards en version piano-voix. Portrait d’un musicien surdoué et d’un homme d’une rare élégance.

 

Louis Chedid & Yvan Cassar © Audoin Desforges

 

« Le directeur de ma maison de disque avait envie de faire une collection d’albums piano-voix. Il a déjà sorti un Arno, un Nicoletta dans cette collection. L’idée me plaisait mais je ne voulais le faire qu’à la condition que ce soit avec Yvan Cassar. Je le connais depuis longtemps et on se tournait autour depuis un moment. Yvan est un musicien multi-tâches. Il a été arrangeur, réalisateur, directeur musical pour de nombreux artistes, de Johnny à Aznavour, comme il a donné des récitals Ennio Morricone au piano classique. Je savais qu’en travaillant avec lui ce ne pourrait qu’être bien. »
L’affaire est entendue et les deux hommes enregistrent l’album au Sextant à Malakoff. Un studio compatible avec l’exigence pianistique d’Yvan Cassar :

« Nous avons enregistré, chacun de nous dans une cabine différente. Je chantais en direct. Nous faisions trois, quatre prises, pas plus. Nous avons co-réalisé l’album. Je suis arrangeur et réalisateur pour mes disques. Je lui ai laissé une liberté totale. »

 

Louis Chedid & Yvan Cassar © Audoin Desforges

 

En résulte un disque qui voit les morceaux les plus connus de Louis Chedid être mis à nu dans des versions intimistes qui bonifie encore davantage ces titres :
« C’est totalement dépouillé. J’appelle cela du naturisme musical. C’est juste la mélodie et le texte. Cela donne encore plus de profondeur aux morceaux. Tout cela vient de la sensibilité que Yann met dans son piano. Nous étions obsédés par le fait de vouloir que chaque morceau ait une sonorité différente. Pour se faire, nous avons enregistré avec quatre pianos. Tout le monde ne le sait pas mais chaque piano possède sa propre tonalité. Comme pour les guitares, aucun piano ne sonne de la même manière. On fonctionnera de la même façon pour les concerts, avec quatre pianos sur scène. »

On se dit qu’il n’a pas dû être facile pour le musicien de faire le choix des titres qui figureraient dans l’album tant il a enregistré de disques au cours de sa longue et prolifique carrière :
« Le choix c’est fait en partie par rapport aux morceaux qui avaient un côté « pianistique. » J’ai composé la plupart de mes titres à la guitare. J’ai des morceaux tellement guitare qu’on ne les a pas pris. La première sélection a été de piocher dans les titres connus, la seconde de voir ceux qui s’adapteraient facilement au piano. »

Lorsqu’on demande à Louis Chedid pourquoi il y a peu de titres tirés des albums des années 70, s’il n’aime pas ceux-ci, il nous rétorque :
« C’est une bonne question mais si, je les aime beaucoup. Et puis il y a quand même “La Belle” qui date de 1977. Nous jouerons “Hold up” de l’album Nous sommes des clowns” sur scène. C’est vrai qu’il y a beaucoup de morceaux des années 80 mais il était impossible de ne pas mettre “Ainsi soit-il” ».

Après la sortie de l’album, Louis Chedid repartira sur scène pour une tournée qui débute dès le 5 octobre prochain. Cette scène qu’il a toujours adoré et qu’il continue d’aimer :
« La finalité de ce métier, c’est la scène. Le fait qu’il n’y ait aucun intermédiaire entre l’artiste et le public, il n’y a rien de plus beau. Lorsque tu joues, tu sens le visage des gens. C’est quelque chose de fort, d’intense. »

Après ce disque et cette tournée, le musicien envisage déjà un nouvel album :
« J’ai composé une dizaine de morceaux. Je vais en écrire d’autres. Je pense sortir ce disque fin 2023. »

Lorsqu’on lui demande pour conclure s’il est fier d’être toujours sous les lumières des projecteurs après cinquante ans de carrière, Louis Chedid de nous répondre :
« Lorsque j’ai débuté nous étions beaucoup au départ. Nous sommes, au final, peu à l’arrivée. Avec le temps la barre est de plus en plus haute. »

 

PIERRE-ARNAUD JONARD

 

LOUIS CHEDID  En noires et blanchesParce que la collection – Pias le Label

Et en tournée dans toute la France à partir du 5 Octobre

 

ARTICLES SIMILAIRES