Climax Festival 2018 ©Benjamin Pavone

Du 6 au 9 septembre 2018 (Bordeaux 33)

LA CARTE D’IDENTITÉ : Quatrième édition de cette éco-mobilisation en partenariat avec Emmaüs et WWF. Climax est un festival 100% dédié à la cause climatique.

LE CADRE : Au cœur de Darwin et sa caserne Niel pour les conférences et les concerts. Un seul concert, celui de Medine, se produit au Rocher de Palmer de Cenon. Cinq scènes sont disposées en plein cœur de Darwin.

LA MÉTÉO : Fort ensoleillement pour cette édition, qui rattrape celle de l’année dernière.

LE CHIFFRE : 30 000 festivaliers

LES PLUS :
– L’engagement plus qu’assumé.
– Revenir à la source, en l’occurrence Darwin, super site, grand et très bien aménagé et agencé.

– Faible prix d’entrée : passe 1 jour à 25 euros.
– Super programme des conférences, excellents invités.

– Les informations disponibles sur place pour informer sur les causes défendues et les actions mises en place.

– Un nombre de canapés et d’endroits « chill » pour pouvoir se poser… bien vu !

– Tout le site Darwin mis à la disposition du festival, skatepark, entrepôt, etc.

– Le bar qui vend des fruits secs.

– Le festival qui brasse sa propre bière  !

LES MOINS :

– Programmation trop éclectique, pas de réelle tête d’affiche.

– Prix de la bière un peu cher, 8 euros la pinte.
– Signalétique au sein du festival, scènes, etc.
– Annulation de la venue d’Hamza, encore une fois… La santé selon son communiqué.
– Manque de poubelles… dommage pour un festival qui a pour fer de lance l’écologie.

–  Les mégots restent l’ennemi numéro 1, alors mettez en place des cendriers de poche !

GRAND MOMENT : Que dire d’une personne qui entre dans une pièce et qui est ovationné avant même qu’elle ait ouverte la bouche ? Rare sont ces personnes, mais précieuses sont-elles. La primatologue et éthologue Dr. Jane Goodall en fait partie. Cette immense chercheuse, de tout de même 84 ans, est un puits de science. Lors de sa conférence c’est un cri d’alarme qu’elle nous lance ! Nous ne pouvons plus reculer, il faut agir ! Entre volonté d’entreprendre, affirmation de suivre nos rêves et conviction qu’il faut changer notre manière de vivre, elle nous bouscule. La fondatrice de l’Institut Jane Goodall pour la protection de la biodiversité, l’aide au développement durable et l’éducation donne des raisons d’espérer. Lors des conférences, il y avait également comme invités le sociologue et philosophe Edgar Morin, ou encore Cécile Duflot.

COUP DE COEUR : Jeanne Added sur scène c’est une boule d’énergie à la fois envoûtante et planante. À re-découvrir dans notre prochain numéro.

DÉCOUVERTE : Les Bordelais de Camel Power Club et leur électro-pop dansant. À ne pas rater.

SANS SURPRISE, mais toujours un vrai plaisir de voir jouer Arnaud Rebotini. Véritable orfèvre de la musique électronique française (César de la meilleure musique originale en 2018).

CONFIRMATION : À la fois pianiste, compositeur, arrangeur et directeur musical, Chassol, qui a donc plus d’une corde à son arc, livre un live entre musique et vidéo et emmène le public avec lui dans une œuvre inqualifiable et surprenante qui ouvre vers de nouveaux univers musicaux.

DÉCEPTION : Le public jeune était venu en masse voir et apprécier le jeune rappeur belge Hamza. Une pluie de rage c’est abattu sur les réseaux sociaux du festival, à la suite de l’annonce de son annulation.

SURPRISE : Du coup, le rappeur de Floride Denzel Curry, se fait attendre par le public en manque de rap. Et il rhabille tout le monde avec son rap plus qu’énergique, déchainé, à la limite du punk. Il rend un bel hommage au rappeur Mac Miller, décédé la veille d’une terrible overdose à l’âge de 26 ans.

L’ANNÉE PROCHAINE : Rendez-vous en septembre 2019 pour la cinquième édition.

 

>> Site du Climax

Texte : Louis Legras
Photos : Benjamin Pavone


Publié le