« Bolt and biscuit »
(Rejuvenation / D.H. 221)
Des cris sauvages et des assauts surprenants, des contrastes brûlants entre guitares énervées et voix tranquille mais énergique… Le premier album du groupe (édition vinyle accompagnée du CD), qui n’avait encore sorti que deux maxis et « Kikkoman », lance fort bien les choses. Kimmo précise plus particulièrement ses intentions, mélangeant quelque chose qui ressemblerait à de la pop à une griffe noise indélébile : avec son chant féminin, sensible et à cœur ouvert ; ses plans de guitares incisives et furieuses, soutenus par une rythmique remarquablement vibrante ; les renforts de quelques hurlements plus virils. Les titres s’enchaînent de façon très vivante, avec des intros ou des passages oniriques, des tournants post-rock, et d’autres marqués par des départs canons. Un « Turn off the radio, alright  » s’imprime dans le cerveau et les images du clip d' »After the show » saignent méchamment. www.positiverage.com/kimmo

Béatrice Corceiro


Publié le