Le Printemps
assure ses arrières

En temps de crise, il faut faire le dos rond et placer son argent dans des valeurs de bon père de famille. En 2010, Le Printemps de Bourges ne dérogera pas à la règle. Finis les projets originaux à la Cathédrale Saint-Etienne, les résidences offertes à des chanteurs… le festival convoque des artistes à la réputation bien assise et assure son succès. Le Marché des Musiques Actuelles, lui, n’aura pas lieu à Bourges.

Mathieu Chedid, Emilie Simon, Olivia Ruiz, Vitalic, Iggy Pop, John Butler Trio, Gaëtan Roussel avec Louise Attaque, certes… Parmi les seize noms dévoilés en janvier, pratiquement un sur deux s’est produit à plusieurs reprises au Printemps de Bourges, notamment ces quatre dernières années. On avait alors tiqué. Puis, on avait mis ça sur le hasard des sorties d’albums et des débuts de tournée. Mais, hier, quand Christophe Davy, le programmateur en chef du festival, a dévoilé l’intégralité des 140 noms de cette édition 2010, un goût de déjà-vu nous a envahi.

La sensation psyché-rock française Gush ouvrira le 34ème Printemps de Bourges, le 13 avril au Phénix.

Retour vers le futur. Il y a un an, Izia ouvrait de sa fougue électrique, la « Rock’N’Beat Party ». Et bien, elle revient au mois d’avril prochain pour chauffer le Phénix avant le passage d’Iggy Pop &The Stooges ! Idem pour Cœur de Pirate qui passe de la salle du Duc Jean à la grande scène du Phénix, avec son groupe cette fois-ci. Après une résidence et trois concerts en 2009, Emily Loizeau est de retour elle aussi. Talonnée de près par La Grande Sophie et Rosemary Standley. Enfin, les Auvergnats de Mustang passent en un an de temps, des Découvertes au Théâtre Jacques Cœur. Belle progression ! En faisant un peu fonctionner sa mémoire, on pourrait multiplier sans trop de difficultés, les exemples de chanteurs et de groupes habitués des lieux et à nouveau programmés pour ce 34ème Printemps.

Fidélité ou facilité ? Que voulez-vous les temps sont durs, le budget du Printemps (5 millions d’euros) est en baisse de 4%, les spectateurs prennent moins de risques – ils en veulent pour leur argent, l’organisation du Printemps bétonne donc sa programmation.

Jeanne Cherhal défendra son nouvel album "Charade", le 14 avril, et participera à la création "Les Françoises", le 16.

Dans son dossier de presse, elle précise même que six de ces tête d’affiches sont des anciennes Découvertes ; le moyen de rappeler que 25 ans après leur création, elles restent un vivier de talents durables. Mais en cherchant des valeurs-refuges, les programmateurs en profitent aussi pour rattraper des occasions manquées. Comme Rodrigo y Gabriela qui depuis deux ans affolent la critique musicale et sillonnent les festivals du monde entier, et qui seront à Bourges le 16 avril. Comme le groupe de pop de chambre, Revolver, enfin invité à l’Auditorium le 15 avril, ou Caravan Palace, que l’on a croisé sur presque tous les festivals cet été et qu’on retrouvera le 16 avril au Phénix. Ou bien encore comme Carmen Maria Vega qui avait littéralement explosé dans le off du Printemps de Bourges en 2008. Notons tout de même, que cette fois-ci, ils n’ont pas laissé s’échapper deux sensations du moment : la chanteuse berbère Hindi Zahra sera le 15 avril au Théâtre Jacques Cœur et Arnaud Fleurent-Didier lui succèdera le samedi 17. On attend toujours Benjamin Biolay…

Constantes stables. Comme l’an dernier, le Printemps de Bourges nous fait le coup d’inviter des artistes d’un horizon lointain. Et comme l’an dernier, il a trouvé ses idées à Cannes, au Midem. Il mettra donc à l’honneur comme le Marché International du Disque et de l’Edition Musicale, il y a quelques jours, la nouvelle scène sud-africaine. En revanche, finis les concerts acoustiques à la salle du Duc Jean et les projets originaux à la Cathédrale de Bourges.

Avec Iggy Pop, Archive, Daniel Johnston, Nada Surf sera l'une des rares têtes d'affiche internationales de 2010.

Le Printemps investit l’Eglise Saint Pierre.
Sonia Bester, programmatrice et patronne de la structure de promotion artistique Madame Lune, a pu y caser deux de ses protégés : les fabuleux Ballaké Sissoko & Vincent Segal, et la très talentueuse violoncelliste Sonia Wieder-Atherton. On aurait bien aimé que Christophe Davy place lui aussi quelques poulains de Radical Production, son écurie. Au hasard : Vampire Weekend, Julian Casablancas, Pavement… Finies également les résidences d’artistes. Cette année, le Printemps se contentera d’une création : « Les Françoises ». Jeanne Cherhal, Emily Loizeau, Camille,

Rosemary Standley du groupe Moriarty, La Grande Sophie et Olivia Ruiz (toutes déjà venues à Bourges plus d’une fois) piocheront dans les répertoires des unes et des autres, et s’accompagneront mutuellement. A voir au Palais d’Auron, le 16 avril, avec en première partie : The Fitzcarraldo Sessions, que Daniel Colling, le directeur-fondateur du Printemps, aurait bien voulu nous vendre comme une autre création estampillée Printemps de Bourges ; malheureusement, on a déjà vu ce projet rock sur scène aux Francofolies de La Rochelle. Et il sera bien avant le mois d’avril, au Bataclan, le 16 février.

A ne pas manquer JP Nataf, l'ex-chanteur des Innocents, le 14 avril à l'Auditorium

Phoebe Killdeer, Syd Matters, Craig Walker ont confirmé leur présence à Bourges. Enfin, à signaler deux magnifiques rétropédalages de Daniel Colling. D’une part, contrairement à ce qu’il avait annoncé, le Marché des Musiques Actuelles n’aura pas lieu en avril à Bourges, faute de subventions publiques. La deuxième édition du MaMA devrait se tenir cet automne à Paris. Et d’autre part, la formule de la « Rock’N’Beat Pary » n’est pas modifiée : un billet à 28 euros, deux salles, neuf heures de tonnerre musical.

Sylvain Dépée

Le site : Printemps de Bourges


Publié le