Cydalima

Youzprod

GLIZ CydalimaDe mémoire, rarement un premier album n’a été habité de la première à la dernière seconde par une telle intensité émotionnelle. À rapprocher sans hésitation de Sackcloth-N-Ashes de 16 Horsepower et Funeral d’Arcade Fire ! Formé autour d’une complicité inédite entre le banjo, le tuba et la batterie, la musique du diable redevient avec ce trio agité, cet objet électrique, sauvage et instable ; le rhythm’n’blues, ce grand raconteur d’histoires, la folk, cette mémoire instinctive de l’exil, le hard rock, cette liberté sensuelle et explosive. Se moquant pourtant des étiquettes comme de leurs premières culottes, ces véritables punks romantiques sont emmenés par un chanteur particulièrement expressif et véritablement habité par ses propres mots. En quelques instants, il est capable de réveiller les tourments d’Alan Vega, d’égaler les excès de Jon Spencer comme de révéler sur une étonnante ballade tout en picking une sensibilité à fleur de peau, proche de celle du Belge Marc Huygens (ex-Venus).

À écouter en priorité : “Fastlane“, “Cydalima”, “Cannon”.

LAURENT THORE

>> Site de Gliz


Publié le