It ends like crazy

Vicious Circle

It ends like crazyCela commence dans un assemblage désarticulé de sons, notes concassées, chevauchement bancal de mots qui donnent le ton d’un album fidèle au style pop lo-fi adopté en solo par l’ancien leader de Chokebore. Fruit d’un processus intimiste poussé à l’extrême puisqu’il a été enregistré, sans aucune aide extérieure, au fond de la Creuse, ce cinquième opus d’un des plus français des musiciens américains transpire la sincérité de ceux pour qui l’art est un impératif. Ainsi le morceau “Impale”, achevé à la faveur d’une glissade en voiture sur une route enneigée au cours de laquelle le musicien vit défiler non pas sa vie mais la composition entamée, et lia celle-ci à la nécessité de sa survie et à celle de terminer le titre. Après la plongée toutes portes fermées dans la déréliction de “Knights of something”, ici la lumière perce, la beauté de mélodies au piano insuffle un air bienvenu, une légèreté s’immisce… Cherchant toujours l’intensité dans le détail, TvB habille ses mots de musique pour mieux les mettre à nu, tout en ouvrant davantage son monde à qui veut le partager.

À écouter en priorité : “Rain saves lives”, “Holy something”, et “I put out”.

JESSICA BOUCHER-RÉTIF

>> Site de Troy von Balthazar

 


Publié le