Fakear - ©Seb Serrus

Du 6 au 8 juillet 2018 à Monts (37)

CADRE : Plein air + chapiteau

MÉTÉO : Très chaud. Grand et beau soleil les trois jours.

LA FRÉQUENTATION : 35 000 personnes. Petite baisse au regard des autres années. Plusieurs hypothèses : la programmation plus électrique que les années précédentes, les grèves SNCF, les propositions artistiques multiples dans la région obligeant les festivaliers à faire des choix, le décalage des dates pour ne pas se retrouver en face de l’American Tours Festival, ou encore la coupe du monde de foot. En 2016 déjà, plusieurs matchs importants de la coupe d’Europe se jouaient aux mêmes dates que le festival.

LA VOLONTÉ : L’organisation souhaite rabaisser l’âge moyen du public pour que ce festival soit aussi destiné aux jeunes. La programmation, Roméo Elvis et Lomepal, ainsi que le taux de remplissage du samedi les ont conforté dans leur choix.

LES CHIFFRES : 14ème édition. 6 scènes. 90 concerts. 1,7 millions d’euros, un montant auto-financé à hauteur de 86%.

LES PLUS :

– Festival éco-responsable avec un vrai projet territorial ! Volonté de ne pas proposer uniquement une succession de concerts, mais une démarche, des valeurs, un état d’esprit. Hugues Barbotin, directeur : « On est dans une logique d’éco-responsabilité, de développement durable. On ne va pas révolutionner la question de l’impact carbone sur les évènements mais, un peu comme le colibri, on fait notre part. On veut sensibiliser au maximum les gens sur ces enjeux qui nous semblent majeurs aujourd’hui ! »

– Création du jeu du festivalier engagé. Le lot : un passe à vie à Terres du Son. Programme pour le gagner : venir à vélo, participer au tri et à un atelier ou une conférence, etc.

– Site ultra propre, bénévoles et festivaliers bienveillants.

LES MOINS : La programmation moins festive, même si elle reste basée sur une logique cohérente depuis 14 ans, à savoir, mélanger les genres, les esthétiques, les publics.

FEU ! CHATTERTON A DIT : « Ce qu’attendent les gens de notre musique, c’est d’être surpris. Y’a pas plus grande liberté pour des musiciens… Le 1er album avait bien marché et ça peut devenir un esclavage de vouloir plaire… On ne veut pas perdre ce que l’on a connu, cette joie d’avoir été aimé. La musique pour nous, c’est une quête, une recherche de vérité, d’intégrité, c’est notre chemin. Quand on arrive avec quelque chose plein d’une émotion honnête, elle se ressent, elle se partage… »

LES INNOVATIONS : Les sacs à dos bourrés d’électronique dédiés aux festivaliers sourds et malentendants. En les mettant, ils permettent de ressentir les basses et les sub, comme les colonnes vibrantes posées sous le chapiteau, mais surtout ils traduisent la musique dans le corps.

ON EN REDEMANDE : Her, Calypso Rose, Feu! Chatterton, Chronixx, Gaël Faye, l’Impératrice, BCUC. Des groupes déjà vus, mais qui font du bien et qui s’inscrivent parfaitement dans le décor de ce festival.

ON ADORE : La Charcuterie Musicale et son Charcut’ Live, le blind test le plus déjanté de la Touraine. Leur caravane posée sur le site ne désemplit pas du week end. Tout comme leur set interprété par un live band et que quatre équipes essayent de reconnaître pour remporter la victoire.

LE CHANGEMENT : Hugues Barbotin, quitte la direction du festival ainsi que la celle du Temps Machine, après 14 années de bons et loyaux services. Clin d’œil : l’organisation a fait floquer des tee-shirts en hommage à Hugues Barbotin. Ses collègues et amis portaient « Merci Hugues » et lui un t-shirt « Moi c’est Hugues »… C’est Marie-Line Calvo qui le remplace et qui prendra pleinement ses fonctions début septembre.

L’AN PROCHAIN : L’édition 2019 devrait revenir à des dates plus coutumières. Du 12 au 14 juillet… Réponse en septembre.

 

>> Site du Festival Terres du Son

 

Texte : Johanna Turpeau

Photos : Seb Serrus


Publié le