137 avenue Kaniama

Bella Union / PIAS

Baloji, son album "137 avenue Kaniama"Bruxelles est arrivée. Sur la banquette arrière, Kinshasa et Lumbubashi l’ont suivie dans sa percée à travers la France. Au rap belge qui agite les postes de radio, enceintes portables et téléphones, ajoutez la luxuriance des cultures musicales congolaises. Les rythmes de la rumba, la fièvre du souk, l’énergie du funk, l’insolence du hip-hop, la chaleur du jazz. Appelez ça de l’afrotrap, de l’afrofunk, de l’afrobeat, vous tomberez forcément à côté.

Le paysage musical que tisse Baloji Tshiani échappe à l’étiquette que vous flanquerez dessus. À presque 40 ans, il jongle entre les scansions politiques, les récits intimes, entre le français et le swahili, et livre un album complet, fleuve comme le Congo. Il y a pourtant quelque chose de bien simple à sentir : ça bouillonne, ça obsède, ça monte en épingle. Sur les pelouses brûlées des festivals, sur les sols composites des salles de concert, attendez-le de pied ferme. La température grimpe.

>> Site de Baloji

À écouter en priorité : “Bipolaire”, “Spotlight”.

VALENTIN CHOMIENNE


Publié le