Sur la même Longueur d'Ondes, Maxis1=0
« Dieu / Déesse »
(Autoproduit)
Un 45T 2 titres cousus main et à fleur de peau, comme d’habitude chez 1=0. « Dieu » semble néanmoins un peu apaisé, comme jadis Diabologum savait tenir sa morgue. Les guitares nerveuses s’agitent en coulisse et finissent par prendre le dessus. Second morceau « Déesse », la face B de « Dieu » donc… mais néanmoins enchanteresse, contorsionne sa mélodie aux tréfonds de notre cervelle soumise. www.unegalzero.com
Vincent Michaud

THE ANGRY CATS
(Nidstang)
Trio fondé par Fred Alpi, figure du punk libertaire et infatigable musicien, The Angry Cats nous fait crier « alerte ! » au furieux déhanché rock’n’twist… la preuve avec ce projet rockabilly à souhait, sans clichés. Les titres sont teintés de rock-bluesy et même country, un tantinet Redneck. Ce chat nerveux saute, griffes ouvertes, sur ce qui a fait du rock la musique la plus excitante du monde moderne. www.theangrycats.com
Tiphaine Deraison

ANATHEME
« Kodama San »
(Autoproduit)
En une dizaine d’années d’existence, ce trio post rock a déjà livré quatre mini albums. Son nouveau disque prolonge ce travail largement inspiré par Mogwai et Explosions in the Sky. Reposant sur des poussées d’adrénaline et des moments où les guitares s’en vont çà et là, ces cinq pièces enlevées ne manquent pas d’efficacité, mais elles ne sont jamais si pertinentes que dans leurs moments de calme. anatheme.bandcamp.com/album/kodama-san
Bastien Brun

SIMON AUTAIN
(Palass / Big Sky)
De facture plutôt classique, joliment troussées et particulièrement bien produites par Bénédicte Schmidt et Dominique Blanc-Francard, les chansons de Simon Autain, auteur et pianiste talentueux, s’écoutent avec un plaisir certain. Sa voix, son principal atout, ample et un peu éraillée, suscite un réel intérêt. L’album, prévu pour septembre, devrait à coup sûr confirmer la première impression. myspace.fr/simonautainmusique
Alain Birmann

THE BALLADURIANS
(Pagans)
Ça commence par un riff doublé d’une boîte à rythmes ressuscitant Bérurier Noir. Salut à toi donc « Karen » ! Ce 3 titres disponible en digital ou à l’ancienne en 45T vinyle coloré envoie ensuite « Du sang sur les murs », plus glauque. En conclusion, « Kein Zurück » et ses nappes synthétiques façon Suicide offrent le baiser de la mort. Comme Cheveu, The Balladurians bricole l’électronique dans le garage. pagansmusica.net/album/the-balladurians-2
Vincent Michaud

YANNICK BERGER
(Compulsive thoughts)
Nouvel EP signé BRG. Loin d’être un débutant, Yannick Berger a déjà à son actif deux EP et un album, auxquels s’ajoutent de nombreuses collaborations sur scène et en studio. Pourtant, ce maxi chanté en anglais a comme une saveur inédite. Quatre titres pour redécouvrir l’étendue de son talent, mis au service ici d’une pop majestueuse mêlant cascades de riffs et mélodies entêtantes. www.brgspirit.fr
Émilie Delrieu

BLANCHE AS A NAME
« Frost »
(Bleeding Gold Records)
Le duo français verse dans un mélange entre folk et dream pop. Le court (3 titres) résultat est une fois de plus réussi, et confirme que la réussite du premier EP n’était pas due au hasard. La plume est toujours acérée et évite les écueils fréquents : ici le chant en anglais est bon, et la simplicité de la production sert les chansons. blancheasaname.bandcamp.com
Mickaël Choisi

DAPRINSKI
« Le corps d’un homme »
(Alter K)
Il y a de tout dans ces cinq titres, surtout une nostalgie – pas plombante par ailleurs – de la chanson française des années 70 riche en arrangements. Des cordes, une atmosphère un peu dandy et un chant langoureux, voilà qui donne le ton d’un EP signé d’un nouveau venu, qui se place à part de la production actuelle. fr-fr.facebook.com/pages/Daprinski/11188491257
Mickaël Choisi

DEAD HORSE ONE
« Heavenly choir of jet engines »
(Cranes Records)
Nappes de guitares saturées, ambiances de westerns spaghetti, timbre voilé. Ce rock psychédélique tient sans problème la comparaison avec celui de ses cousins américains. Évoquant les Dandy Wahrols, il brouille les pistes et s’aventure vers des contrées brumeuses où tout se perd, tout se malaxe. Un bel EP mais attention, le spectre de la redite pointe déjà. deadhorseone1.bandcamp.com
Bastien Brun

(DRIVE-IN) STATIC MOTION
« Small steps »
(Good Citizen Factory)
D’un côté : Cyesm, producteur électro solitaire. De l’autre : Thierry Mabon, guitariste frénétique du groupe de rock Powell. L’ADN musical éloigné des deux hommes s’est combiné en 2009. Leur premier opus était poignant. Des textes pétris de blessures, une guitare planante. Dans cet EP plus électro et moins textuel, l’univers sombre s’est encré, émaillé d’une éclaircie au « km44 » grâce la douce voix de Clelia Vega. gcfactory.bandcamp.com/album/small-steps
Mario Bompart

ELEKTRIC GEÏSHA
Art of K.
Zumol
Prenez un joueur de manouche, dotez-le de machines bruyantes, refilez-lui de la vitamine C par perfusion et vous obtiendrez ce sextuor toulousain qui appose, vous l’aurez compris, des mélodies tziganes et influences de l’est sur une musique punk-électro dans les règles de l’art (gros accords, batterie vitaminée, machines qui tâchent). Ce court EP, atypique et décapant, constitue une très bonne entrée en matière. elektricgeisha.com
Yves Tradoff

EL ROYCE
Deaf for life
Novatraxx
Prêt à se salir dans la boue, à se prendre les décibels et à sentir l’électricité chauffer dangereusement… Le groupe de hard-rock nantais revient en quatuor mais ne ménage toujours pas ses effets. Dans ses quatre nouvelles compositions, on sent toujours la force brute et l’urgence traduites par des riffs heavy et une rythmique percutante, le tout dans une ambiance poisseuse et sauvage. el-royce.com
Béatrice Corceiro

ERLOS
« Le grand canyon »
(Autoproduit)
De la guitare et du ukulélé sous fond d’électro-acoustique, entre rock et chanson française, à travers l’amour, les rêves et le temps qui passe, Erlos tourne en dérision un quotidien dans lequel tout le monde peut se retrouver. Dynamique, ironique et parfois plus sombre, cet EP à dimensions multiples vient confirmer le talent du chanteur. erlos.bandcamp.com/album/ep-le-grand-canyon
Alix Forgeot

ALAIN GIBERT
« Les marches de l’opéra »
(Martingale)
Les « passions fragiles », « unions habiles », « tensions subtiles » des relations amoureuses sont dépeintes sur ce premier cinq titres. La voix frêle et légère trouve une jolie harmonie avec l’instrumental pop assez classique qui l’accompagne. De cet EP ressortent les séduisants « Tes yeux me disent » et « Garçon et fille », titre plus rock, symbole de l’univers sentimental d’Alain Gibert. www.alaingibert.fr
Mario Bompart

HELLO BYE BYE
« Let’s live happy waiting for our dying day »
(All You Need)
Un premier album n’aura pas suffi pour assouvir leur soif d’électro et d’intensité rock. Les morceaux s’enchaînent avec la sensation d’être happé par ces mélodies à la fois entraînantes à la Chemical Brothers (« Famous ») et pop voire shoegaze. Les atmosphères voyagent (« Life is now ») entre ces deux facettes du groupe, quasi indissociables tant elles sont mixées avec envie et efficacité. hellobyebye.bandcamp.com/music
Tiphaine Deraison

IN THE CANOPY
(Autoproduit)
Derrière ce 4 titres pêchu et aérien aux accents pop se dessine une parfaite maîtrise des harmonies. À la fois brute et lisse, la musique de ce quatuor parisien résonne comme une invitation au voyage ; leurs voix voluptueuses et apaisantes semblent parfois s’étendre jusqu’au sommet des montagnes, pour le plaisir de nos oreilles. inthecanopy.fr
Alix Forgeot

JOHNNY MONTREUIL
(Autoproduit)
Dans la moiteur de bistrots aux planchers craquants, la java rock sauvage de Johnny Montreuil fait des ravages. Sur des textes caustiques et un instrumental acoustique, le duo s’inspire avec dérision de Montreuil et son quotidien. Benoît Dantec, guitare-contrebasse, et Emilio Castiello, violon-mandoline, ont récolté 1800 euros de dons sur le site Oocto pour enregistrer leur groove abrasif. www.noomiz.com/johnnymontreuil
Mario Bompart

KLANGFELD
(Autoproduit)
Il y a quelque chose de particulier chez ce trio presque franco-allemand. On ne saurait dire quoi, car les influences semblent bien réelles (Neil Young bien-sûr, et plus étonnant, Alice In Chains), mais on sent aussi une prise de direction plus personnelle qui ne demande qu’à prendre son envol. L’autoproduction n’arrêtera jamais de nous surprendre. klangfeld.bandcamp.com
Julien Foster’s

IZZY LINDQWISTER
« Pyjama party »
(Smoky Carrot)
Cinq titres et autant de styles brassés dans ce disque à l’éclectisme exaltant. Le spectre musical de la Suédoise (chanteuse de feu Rodeo Massacre) s’étend du blues à la pop en passant par la soul, le rock, des riffs reggae sur « Ready & Steady » et une reprise épatante du tube de Dutronc, « Les gens sont fous, les temps sont flous ». L’omniprésence du synthé offre un timbre rétro pop à cette production de grande qualité. https://soundcloud.com/izzy-lindqwister
Mario Bompart

MmMmMm
(Autoproduit)
S’il évite les catastrophes naturelles, ce groupe est promis à un avenir doré. Pop mais parodique, électronique et éclectique, le premier EP de ces Parisiens convoque des claviers dansants, du rock moustachu des années 1970, de l’afro-beat comme des ambiances à la Kraftwerk. Un petit miracle que l’on salue à notre manière : et uno, et dos, et tres, et… loin d’être des zéros.
www.facebook.com/mmmmmtheband
Bastien Brun

MP1.2
« Les loups »
(Autoproduit)
Ces rappeurs des environs de Toulouse font du rap sans clash, ni chaîne, ni violence. Ils mélangent avec une énergie communicative le hip-hop et la chanson, et grattent, mine de rien, là où ça fait mal. Leur troisième EP est certes loin d’être parfait, il y a des rimes qui tombent à côté, des boucles mal emballées mais n’empêche, ce qui en ressort, c’est une certaine fraîcheur.
fr.myspace.com/mp1point2
Bastien Brun

O SAFARI
« Taxi »
(Rabeat’s Cage)
Claviers et synth-pop au programme pour ce duo français qui oscille entre climats post-soirée désespérés et ambiances cotonneuses. Si les mélodies ont un parfum très années 80, l’énergie qui s’en dégage et leur efficacité leur donnent un parfum de reviens-y assez entêtant. Une belle surprise, à surveiller par la suite. osafari.bandcamp.com
Mickaël Choisi

POLAROID 3
« Rebirth of joy »
(Autoproduit)
Avec sa pop alternative qui défie les frontières, ces Strasbourgeois nous font traverser les différentes facettes de leur univers. Entre ciel et terre, la musique s’envole sous la douceur du synthétiseur, bouillonne sous les montées en puissance de la batterie et frôle les limites de l’explosion avec la voix sublimement bipolaire de l’étonnante chanteuse. www.polaroid3.com
Alix Forgeot

SAX MACHINE
« Reloop »
(Saxtoyz Records)
Un EP qui groove autant, c’est plutôt rare ! Ce trio est composé du saxophoniste Guillaume Sené (Like Jam), Pierre Dandin (tromboniste de Sergent Garcia) et Jay Ree, MC qui s’inspire du flow de Guru, Common Sense ou The Roots. Divagations soul et afrobeat (« And I »), s’emparent de titres quasi funk ! Positif, classy et vibrant, Sax Machine fait appel à la fois aux sources de la black music et du hip hop. www.saxmachine.biz
Tiphaine Deraison

VOLTE-FACE / CORBEAUX
The meeting point
Autoproduit
Tour à tour, les deux groupes présentent leurs univers, qui sont à la fois très semblables – on a incontestablement affaire à du post-rock – et très différents. Corbeaux est plus abrasif tandis que Volte-Face propose quelque chose de plus synthétique. Pour autant, cet EP est très équilibré et homogène, même si l’on a une petite préférence pour la puissance de feu de Corbeaux. soundcloud.com/corbeauxrock
Yves Tradoff


Publié le