« Pink narcisius »
(Autoproduit)

The Naked Man, c’était, déjà, un bon duo d’électro-rock en forme de kaléidoscope d’influences, opérant une collision joliment déjantée entre inspiration post-punk et tendance électronique sombre dopée par une fougue vocale féminine. Et Plastic People, c’est une moitié de l’homme nu, rhabillé de plastique pour mieux entretenir la froideur du côté post-punk de son ancien projet, mais aussi nourri de sonorités à la chair vive qui donnent forme à un corps beaucoup moins dispersé que ne l’était The Naked Man. Liées par une forte colonne vertébrale en forme de chant délicieusement typé british 80’s, les compositions se tiennent fermement, galopant au rythme vivace d’une section basse-batterie qui mène la danse (funèbre). Harmonica, accordéon, piano et guitare sèche trouvent sans incongruité leur place à leurs côtés sur la piste dont ils rehaussent les murs au goût d’un cabaret dark. myspace.com/plasticpeoplefr

Jessica Boucher-Rétif

Publié le