« Le lavomatic tour » est une scène ouverte, sauvage, créée par le chanteur Elie Gillou, entre Bretagne et Paris. Le principe est simple (en théorie) : il suffit d’arriver dans un lavomatic dont l’adresse a été donnée sur le Net, et là le temps d’une lessive et séchage, on chante, dit des poèmes, on conte une histoire…

Pour la 4ème année, le premier mercredi du mois à Paris et le lendemain à Rennes, puis bientôt à St Brieuc, l’aventure se répète. Parfois sans problème. Mais parfois, la troupe s’installe et le gérant du lieu débarque, refusant l’occupation pacifique et temporaire ; alors, la petite troupe change de «crèmerie», en direction d’un autre lieu dans le secteur. Sympathique mélange entre «pro et amateur», ceux qui ont l’habitude et ceux qui osent enfin ; les joies d’une vraie scène ouverte ! Il faut venir avec un petit quelque chose à laver (pas fragile) à déposer dans le panier collectif et le temps que la machine, puis la sécheuse tournent, on chante ou on écoute, et on fini par la polyphonie générale ce qui permet au moins une fois aux non chanteurs de poser la voix avec tout le monde sans la gêne du solo. « Parfois des petits moments magiques s’y rajoutent comme en cette soirée où, en plus de l’accueil chaleureux du propriétaire, celui-ci demande une guitare et interprète nous une chanson… ou de cet autre soir où un musicien bulgare, de passage dans la rue, est venu nous chanter sa petite ode à Paris. Tout le monde est toujours ouvert à l’imprévu. » raconte Elie Gillou. « Il y a eu des clowns, des jongleurs, des moments incroyables comme celui où le gérant complètement bourré voulait danser… Les flics qui débarquent dans la rue pour autre chose, mais qui viennent tout de même faire un contrôle d’identité et qui à la fin disent que c’est une très bonne initiative, à continuer sans faire trop de bruit pour ne pas risquer d’emmerdes avec les voisins. »

Les soirées permettent des rencontres et cela conduit parfois à ce qu’un groupe propose à d’autres participants de travailler ensemble, de faire des co-plateaux. Des passants célèbres s’arrêtent parfois : « Vincent Cassel qui passait, c’est longuement attardé sans toutefois rentrer et participer, et Gilbert Lafaille promet de venir un soir. » Souvent, la soirée se termine ensuite dans un bistrot du coin, un temps pour faire plus ample connaissance entre les acteurs de ces lessives en chansons.

http://www.myspace.com/lavomatictour

http://www.myspace.com/guillouelie

Texte et photos : Alain Dodeler

Publié le