“The bulgarian LP”
(Autoproduit)

De la guitare qui tresse des motifs à cette voix véhémente, de ces hurlements bruitistes très persuasifs à ces manifestations chaotiques, on retient une affiliation au rock de Sonic Youth et à des impulsions hardcore. Des jeux de répétitions martèlent une empreinte saignante, une trompette apporte un autre souffle sinistre (“Burn”). Le très speed “Quiche” brandit l’étendard punk mais réserve aussi un passage anguleux. La voix porte un récit sur une danse mélodique tourmentée et macabre (“Six and a half”). L’interlude “Molly Spencer”, trompette et percus aux vents, justifie le titre du disque. “Beefdealer” revient à des bourrasques rugueuses qui renversent des sursauts clairs et posés. Et tout s’achève sur “Cut the house”, morceau sombre, froid, décharné, lent. Un très bon disque, concis, qui construit bien son univers en ne retenant que l’essentiel. myspace.com/sonsoffrida

Béatrice Corceiro


Publié le