Bandeau Longueur d'Ondes n° 101

MC SOLAAR

New Big Band Project, Basilique de St Denis, 14 Juin

 

Dans le cadre du Festival de Saint-Denis, Mc Solaar proposait ce soir là une relecture de ses titres majeurs et d’autres un peu moins connus, accompagné par l’Orchestre National d’Ile De France. Une envie musicale pas si surprenante que cela car sur l’album Mach 6 de 2003 le rappeur avait déjà eu des velléités de musique classique : on pense notamment aux titres “Sauvez le monde” ou “Ça me hante”.Sous la direction musicale de Issam Krimi qui a travaillé avec les plus grands noms du rap français Mc Solaar montrait que son rap est définitivement entré au panthéon de la musique française.

 

Réentendre ses titres c’est évidemment se replonger dans sa propre jeunesse du temps où Solaar régnait en maitre sur le rap français. D’autant plus que la setlist est axée à 95 % sur les trois premiers albums du chanteur : Qui sème le vent récolte le tempo, Prose Combat et Paradisiaque. Mais si la nostalgie est au rendez-vous on se rend compte que ces morceaux ont bien vieilli et n’ont, pour la plupart, pas pris une ride. On a plaisir à réentendre le premier tube du chanteur, “Bouge de là” plus de trente ans après sa sortie. Les hits “A temps partiel”, “Victime de la Mode”, “Nouveau Western”, “Caroline” sont bien sûr au rendez-vous. On se rend compte en assistant à ce concert que si Solaar était considéré comme moins social ou politique que la majorité du rap français ses textes avaient quand même cette dimension comme en atteste le superbe “Armand est mort”. Et les arrangements ont passé l’épreuve du temps.

Cela ne pouvait faire aucun doute lorsque l’on se rappelle que Solaar avait l’habitude de travailler avec le génial Philippe Zdar. Un beau concert qui montre que la poésie douce-amère de Solaar est intemporel.

Texte : Pierre-Arnaud JONARD

Photos : Festival de Saint-Denis/Christophe FILLIEULE

ARTICLES SIMILAIRES