Black Sun

No Need Name Records

Avec ce nouDenuit-Black-Sunvel album, que l’on pourra avec le recul certainement considérer comme le troisième volet d’un triptyque darkwave initié avec War of steel puis OPH : the lonely planet, le duo toulousain composé de Lis et Ivi passe un cap. Si les mélodies imparables, les lignes de basse sombres et le chant guttural sont toujours présents, quelque chose a changé : Denuit atteint une dimension supérieure, une montée en altitude d’autant plus jouissive qu’elle est paradoxale avec la profondeur des abîmes dans lesquels le groupe se plaît à nous emmener, âmes faibles et consentantes que nous sommes. Dès lors, on ne résiste ni à l’appel de la forêt sur “Darkest forest” ni aux larmes de sang et d’exaltation versées sur “Blood tears”, enveloppés de sons réverbérées et nappes de claviers. “Black sun”, qui donne son nom au disque et qui en constitue le point d’orgue, est le prélude à un “Night vampire” à qui on laissera faire son œuvre sans sourciller. Après tout, qui osera nous reprocher de vouloir nous damner par les temps sombres qui courent ? Alors autant que cela soit aux sons de ce très beau disque.

>> Le site de Denuit

XAVIER-ANTOINE MARTIN

À écouter en priorité : “Darkest forest”, “Negative wave”, “Blood sun”


Publié le