Bandeau Longueur d'Ondes n° 101

03/05/2020… IDEES POSITIVES DU JOUR

Sur la même longueur d’âme ?

LES PHRASES DU JOUR :

 

 

LE CLIP DU JOUR :

Enfin un clip confiné totalement délirant !

Pour son 3e single en amont de la sortie de son album C’est ça en septembre, Dance Laury Dance s’inspire de la phrase Born to lose et lance Né pour parde. Accompagné d’un clip filmé en confinement qui en dévoile beaucoup…

Né pour pardre !

 

 

LES CONFINÉS DE LA MUSIQUE

Aujourd’hui : Le batteur de Steve Amber, figure de proue hexagonale d’un rock pysché qui se renouvelle sans cesse, a regagné ses terres bretonnes dont la majorité du groupe est issue. Après tout, quel meilleur panorama que celui offert par la rade de Brest pour regarder au loin et penser à l’avenir ? Décidément, les derniers mois n’auront pas été de tout repos pour le quatuor, entre péripéties et imbroglio autour du site de Mains d’Œuvres à Saint-Ouen en fin d’année dernière où le groupe avait ses habitudes, et les désormais vicissitudes liées à l’assaut planétaire du méchant virus à couronne… On aura connu des périodes plus sereines pour composer et enregistrer… Mais il en faut plus pour déstabiliser le groupe, avançant contre vents et marées (la nature bretonne finit toujours par prendre le dessus…) pour finaliser un album très attendu qui succédera au superbe EP From A Temple On The Hill sorti il y a un an et demi…

C’est ici

 

 

 

TU AS TOUJOURS LE CHOIX…

MAIS PEUT-ÊTRE PLUS POUR LONGTEMPS !

Suite à la vidéo que je te conseillais avant-hier (dialogue entre Thierry Casasnovas et Jean-Jacques Crèvecœur) voici l’édifiant reportage d’Arte. Ne passe pas à côté, demain il sera trop tard… tu n’auras plus le choix…

7 milliards de suspects

 

 

 

L’HUMOUR DU JOUR :

 

 

ET APRÈS ?

Permaculture : disponible gratuitement pendant le confinement, ce livre bouscule les a priori. Fervent défenseur de la biodiversité, l’agronome Christophe Gatineau propose un accès gratuit à son dernier ouvrage sur la permaculture.

Pour cultiver son sol dans le respect du vivant, il n’y a pas de recette miracle. Pas même le bio, pas même la permaculture, rappelle Christophe Gatineau agronome, cultivateur et auteur. Pour partager sa vision, l’auteur de « L’éloge du ver de terre » a décidé d’écrire un nouvel ouvrage, accessible gratuitement durant le confinement.

Dans son livre “Buttes de cultures, buttes de permaculture, sont-elles une alternative à la crise agricole?”, accessible en téléchargement depuis son site internet Le Jardin Vivant, l’auteur brise un mythe. Selon lui, nous avons transformé un savoir ancestral, la permaculture, en produit à la mode, déplore-t-il.

Dans son ouvrage l’agronome se penche sur la question de la butte de culture « l’une des plus anciennes inventions humaines, qui a permis à des générations de cultiver dans des milieux qui auparavant ne le permettaient pas. « Certes, je considère l’agronomie comme une science dédiée à la production agricole, mais avant tout comme un art dans la grande tradition des anciens agronomes, l’art de cultiver la Terre pour la rendre fertile, et non de l’exploiter pour en tirer parti à son unique profit, l’art de créer des milieux durablement abondants en nourriture. Une position argumentée dans le livre. »

Voici deux extraits précieux à découvrir :

« Le trait commun à tous ces nouveaux jardiniers en quête d’alternatives dites innovantes, pour récolter beaucoup avec un minimum d’efforts, c’est de vouloir apprendre des techniques comme on apprend une table de multiplication ou une recette de cuisine. Ou la peinture à un peintre en bâtiment. Cet apprentissage a fait leur succès, Internet et les réseaux sociaux véhiculant de nombreux plans divers et variés. Et les auteurs ne tarissent jamais d’éloges sur l’abondance engendrée par leur création. Or, on n’implante pas une butte de culture comme un abri de jardin. Et à l’image de l’agri-culture, la perma-culture réclame de la culture, car c’est un art qui pose des actes créatifs en partenariat avec la Nature. »

« Par ailleurs, cette idée de gaver le sol, comme on gave un canard ou dope un sportif pour accroître ses performances, est une idée moderniste où tout progrès doit en entraîner un autre… Mais la dose faisant le poison, le dopage finit toujours par dégrader plus la santé qu’il ne l’améliore, et cet empilage de matières organiques pour doper le sol aurait asphyxié ses êtres vivants, outre de chambouler durablement son écosystème souterrain. Tout ça en croyant bien faire. »

Par Mathilde Sallé de Chou

Le livre gratuit est par ici.

 

POUR LES ENFANTS…

Découvrir les œuvres du Louvre avec les plus petits sans sortir de chez soi

Livre d’images gratuit ici

 

LA SIESTE DU JOUR

 

 

 

LA PHOTO DU JOUR

 

ARTICLES SIMILAIRES