Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

MARY ZOO

Like sunshine after rain
(Autoproduit)
MaryZooNe vous fiez ni au style musical, ni au chant du premier morceau éponyme (style Enya en balade irlandaise), il ne reflète en rien les douze autre titres qui suivent (dont seulement trois en français, dommage). Passez directement au second (“She-wolf”), l’une des perles de cet album qui se promène entre médiéval et folk. Ici, on s’enveloppe de la voix aérienne de Christine Zufferey (cachée derrière cette Marie Zoo), on apprécie la guitare intimiste, les trouvailles musicales bienvenues, on décèle une fêlure, une blessure à l’âme, une urgence. Et cette douleur dans la voix, cette profondeur qui plane sur l’ensemble, évoque parfois l’univers de Sinead O’Connor. Les textes sombres (“Je vais rendre mes armes – mes larmes – à la mer”) cherchent la lumière de l’amour, mais l’album se clôt en chaos total, avec “Walk the wire”, une facette rock à la “Diamond dogs” de Bowie… À signaler : l’habillage graphique des œuvres poétiques de Bahadir Isler. www.maryzoo.com

Serge Beyer

ARTICLES SIMILAIRES