TB2

Autoproduit

terre battreFondée sur une écriture automatique fonctionnant tel un déclic créatif, la pop chantée-parlée de ce binôme étiré entre Grenoble et Paris fait de la spontanéité une respiration de tous les instants. Contigus à une époque où Dame Nature est proche de la rupture, les deux garçons qui ont composé ce disque par un jeu de vase communicants à distance relatent avec lucidité la relation du corps à la Terre. D’un phrasé conjuguant poésie, philosophie empirique et phénoménologie, le discours déployé se veut d’un naturalisme à peine métaphorique. L’essence de l’être se fait ainsi telle la racine d’un arbre, manifestation allégorique d’une réalité physique dans laquelle l’esprit en serait la cime. Il y a dans ces lieux, presque mythologiques, la manifestation d’un lyrisme déclamant sans retenue la nostalgie d’un idéal commun qui ne s’est jamais produit. « Mais la nature n’offre rien de bon à part de l’indifférence à l’extrême » répète ainsi le titre “De passage” renvoyant l’être humain à ses simagrées. Une vraie bouffée d’oxygène…

À écouter en priorité : “Dans le visible”, “Effacez”, “De passage”.

JULIEN NAÏT-BOUDA

>> Site de Terre Battre

>> Lien d’écoute


Publié le