Il était fou

CRIDAcompany

JURSous le chapiteau, une ménagerie. Jur Domingo, circassienne catalane, se fait chanteuse, en un murmure : « Les hommes ont des gueules d’animaux » (“À marée basse”). Cette femme chante en titubant, dans un français cadencé, la légèreté de l’accent, la langueur d’une cigarette qui s’éteint, elle se rattrape aux murs, en langue espagnole. Parfois, elle crie, démente. Ce souffle félin dans la voix captive, met en cage l’auditeur. Tout autour de son trône, les hommes et musiciens se suivent. Nicolas Arnauld, Frédéric Cavallin, Julien Vittecoq, Daniel Malavergne, Mathias Imbert jouent dans le désordre : accordéon, tuba, contrebasse, guitare, conque, batterie, marching band… Il fallait bien tout cela pour ficeler ce quatrième disque, fort de dix-sept titres réjouissants. Une voix qui enchante. Un tourbillon d’instruments. La beauté dans toute sa gravité. Un disque dense, danse. Un disque à écouter, marin, avant de s’en aller à la pêche à la baleine.

>> Site de Jur

À écouter en priorité : « Un ange est né », « Le match ».

VALENTIN CHOMIENNE


Publié le