L’homme d’à côté

liFeliVe

Daniel Jea, son album L'homme d'à côté sur Longueur d'OndesTrois musiciens, deux batteries, une guitare, un pad, et des pieds de micros. La formation est peu traditionnelle et renoue pourtant avec l’héritage de la chanson-rock française. Celui qui a été guitariste pour La Grande Sophie, Damien Saez, Florent Marchet ou encore Françoise Hardy, est de retour avec un deuxième album solo. Les plaintes des guitares électriques et le ton sombre et grave du chanteur rappellent parfois Noir Désir ou Eiffel. Loin de reprendre les codes de cette chanson, l’homme de l’ombre fait résonner avec ses acolytes quelques sonorités discos et électroniques (“L’homme d’à côté”). Leur musique adopte un caractère expérimental qui pétille d’une caisse claire à une machine. Malheureusement, à cette excitation expérimentale succède une poignée de titres qui n’inventent pas grand-chose de nouveau. En demi-teinte, cet album tangue entre la ballade du rockeur à l’épaisseur sentimentale et l’héritage de la chanson métissée au rock et aux musiques électroniques.

>> Site de Daniel Jea

À écouter en priorité : “L’homme d’à côté”, “Dans la durée”.

VALENTIN CHOMIENNE

 

Publié le