Makanda, at the end of space, the beginning of time

Bonsound

Pierre Kwenders, son album Makanda, at the end of space, the beginning of time sur Longueur d'Ondes

On a découvert ce garçon installé à Montréal et originaire de République Démocratique du Congo (RDC) il y a deux ans, grâce à un premier album déjà excellent, Le dernier empereur bantou. Dans une veine moins dansante, Pierre Kwenders confirme ici tout le bien que l’on pense de lui puisqu’on retrouve son mélange de musiques africaines et d’électro. Il s’agit de se perdre dans un espace-temps où se croisent le funk futuriste de Parliament, le disco sud-africain, qui a irrigué tout le continent africain durant les années 80 et la rumba congolaise. C’est parfois kitschoune, souvent nostalgique, mais ce mélange chanté en français, anglais et lingala, se renouvelle idéalement. Quand il est apparu sur le devant de la scène, le chanteur évoquait un Stromae à la québécoise, mais avec cet album gravé à Seattle avec Tendaï  « Baba » Maraire, la moitié du duo rap US Shabazz Palaces, il prend une direction plus souterraine. Pote de Win Butler, le chanteur d’Arcade Fire, avec lequel il partage des DJ sets, Pierre Kwenders nous fait encore une fois découvrir de nouveaux horizons. Espérons que ça dure !

>> Site de Pierre Kwenders

À écouter en priorité : “La la love”, “Sexus Plexus Nexus” ,“Tsvarakadenga”.

BASTIEN BRUN

Publié le