“Sick”

L’extravagance de l’amour est une intarissable source d’inspiration. Mais parfois, c’est l’amertume d’une plaie au cœur qui peut affoler la plume d’un artiste pétri de chagrin, et ce n’est certainement pas Adele qui pourrait le désavouer. Né d’une séparation douloureuse, entre complainte et poésie élégiaque de l’amour, le nouvel album de Katerine Gierak Sous les brûlures l’incandescence intacte remémore les différentes étapes du désamour qu’impose une rupture. À travers la mélodie synthpop de “Sick”, la voix douce aux émotions brutes de Mademoiselle K dévoile, sans pudeur, cette phase de sensation de mal-être, de vide immense et la cinglante douleur de cette plaie viscérale que rien ne semble pouvoir apaiser. Dans ce clip touchant réalisé par Thim Naccache, Mademoiselle K, tel un ange déchu banni de Cythère, dévoile ses blessures dans une allégorie de la philosophie chinoise. En illustrant cette chanson poignante par l’affrontement des deux polarités complémentaires, symbolisées par les ailes noires (le yin, désolé mesdames) et le bandeau blanc (le yang), apparaissent les signes indélébiles d’un équilibre et d’une harmonie définitivement brisés. Un cri du cœur plein de rage et de sincérité.

Un album pour aller mieux, un exutoire intime qu’elle présentera sur la scène du Bataclan le 22 novembre prochain.

>> Site de Mademoiselle K

Publié le