Sous les brûlures l’incandescence intacte

Kravache

Mademoiselle K, Sous les brulures l’incandescence sur Longueur d'OndesDeux ans après Hungry Dirty Baby, écrit entièrement en anglais qui marquait un tournant dans sa carrière, avec des changements au sein du groupe et de sa maison de disques, Mademoiselle K revient transformée et renoue avec le français sur ce cinquième album post rupture sentimentale. Sans doute le plus abouti, le plus mature aussi. On sent la souffrance traversée et toutes ses tripes posées dans le panier pour repartir de zéro, une vraie remise en question. L’artiste, qui s’interroge, n’a rien perdu de son mordant et balance à coup de riffs et de tonalités plus électroniques toute sa rage et sa tristesse au travers de mélodies addictives à la fois tranchantes et nostalgiques, d’une sincérité étourdissante. Sous les brûlures, il semblerait que la lumière créatrice opère à merveille. L’incandescence est là, perceptible sur chacun des morceaux, la fureur communicante et la générosité, elles, n’ont pas changé. Une œuvre aussi prégnante relève de l’exploit. Bravo !

>> Site de Mademoiselle K

KAMIKAL

À écouter en priorité : “On s’est laissé”, “Sous les brûlures”, “Pour aller mieux”.

 

Publié le