The world is all wrong but it’s all right

Hot Puma Records / Vibrations sur le fil / Absilone

Grimme, son album “The world is all wrong but it's all right” sur Longueur d'OndesGrimme est comme une hirondelle annonçant le printemps. Le Lyonnais livre un premier album qu’il a sagement couvé dans sa chambre. Victor Roux, de sa véritable identité, est un homme-orchestre qui n’en finit pas de bidouiller et de bricoler à partir de sons et de vidéos. Entre les pleurs de bébé qui accompagnent le chant rassurant du jeune père, les chants d’oiseaux et ceux d’enfants, ainsi que l’usage de voix enregistrées, une création plurielle apparaît. A travers ces mélanges, c’est bien d’une célébration de la nature dont il est question. Cette diversité apparaît aussi à travers l’utilisation et l’association de nombreux instruments comme des cuivres, un xylophone, des violons, un piano, un ukulélé, sans oublier le recours aux sons électroniques. Doux, intemporel et planant, ce rêve éveillé rappelle les créations de groupes comme The Eels ou OK GO. Bien que parfois timide ou monotone, cet album est tout ce qu’il faut pour partir flâner dans les rues et tomber amoureux.

>> Site de Grimme

VALENTIN CHOMIENNE

À écouter en priorité : “London Trains”, “I’ve gone to sleep”, “From the birds”.

 

Publié le