It prickles, it burns, it hurts

Autoproduit

Plastic People, It prickles, it burns, it hurts, sur Longueur d'OndesD’album en album, le projet lancé en 2009 par Sébastien Ficagna ne cesse de muer pour toujours porter plus loin une identité musicale qui reste, elle, inchangée. Entreprise solo au moment du premier album, Plastic People est ensuite devenu quintette pour finalement se stabiliser dans la forme d’un duo pour son troisième album. Celui-ci affirme un style dont les racines sont plantées dans les 80s et les branches s’épanouissent dans un jardin secret bien personnel. Les guitares rutilantes toujours nourries au meilleur de la cold wave s’ébattent dans un environnement baroque mené par le timbre ardent de Sébastien Ficagna et des rythmiques impétueuses. L’électricité affirme davantage sa présence : l’accordéon et  les accents cabarets du premier album ont aujourd’hui disparu, mais les touches folk demeurent. Il en résulte un album post-punk qui sait s’insinuer au plus profond sans renier l’énergie, où distance et mélancolie s’équilibrent harmonieusement.

 

À écouter en priorité : “Siamese sisters”, “The explosion of your head”, “Over”, “Looking through the keyhole”.

>> Site de Plastic People

JESSICA BOUCHER-RÉTIF

 

Publié le