Alexandr ©Guendalina Flamini - Longueur d'Ondes 80

Rend bienheureux

Les origines moitié françaises moitié anglaises d’ALEXANDR expliqueraient-elles l’engouement du groupe pour les sonorités de Manchester ?

Stephen Fozard (chanteur) : « On a grandi dans un petit coin d’Alsace juste à côté de la Suisse. C’est là, sur la très anglophile scène indie de Bâle, que l’on s’est fait les dents. On a ensuite déménagé à Paris et beaucoup tourné avec notre groupe de l’époque, Masternova. Puis on a changé de cap, bossé chacun avec d’autres personnes, et finalement on s’est retrouvés pour faire ce que l’on fait aujourd’hui. » Autrement dit : un astucieux carambolage entre diverses influences 80’s telles que New Order, Happy Mondays, les Smiths ou Daho.

You won’t get another chance (premier EP du trio) possède heureusement un aplomb fédérateur permettant à cette musique référencée d’outrepasser l’exercice de la citation. Trop jeunes pour avoir connu la décennie new wave, les membres d’ALEXANDR n’abusent d’aucune nostalgie : « On est des gamins des 90’s, poursuit Stephen, c’est là que l’on a eu nos premiers électrochocs, entre la vague Britpop et l’explosion de la musique électronique. C’est plutôt par ricochet que l’on s’est intéressés à la décennie précédente pour redécouvrir ce qu’il s’y est fait de mieux… et de pire ! »

Face à ces quatre morceaux, un culte semble prédominer : les Pet Shop Boys. “Fun in the danger”, par exemple, se chauffe aux mêmes rythmiques maussades que la paire Tennant / Lowe. Stephen confirme : « Si tu dépasses l’aspect kitsch, ils ont quand même posé les bases de la pop à synthés. Écoute “West end girls” quand tu marches dans Paris la nuit, c’est magique ! » Reste maintenant à la formation de convaincre sur la longueur d’un album. « On commence à avoir suffisamment de titres, mais ce n’est pas une fin en soi. Peut-être un deuxième EP ? En tout cas, un nouveau single et clip sous peu. Pour l’heure on veut surtout quitter notre base, tourner autant que possible en France et à l’étranger. »

>> Site d’Alexandr

Texte : Jean Thooris / Photo : Guendalina Flamini

Publié le