Adrien Soleiman @Christophe Crenel - Longueur d'Ondes

Plus près des étoiles

Jazzman de formation, Adrien Soleiman a évolué dans ce milieu durant quinze années. Aujourd’hui, il a décidé de voler de ses propres ailes et sort sous son nom un premier album : Brille, disque pop lumineux.

« J’ai arrêté l’école à dix-sept ans pour faire des écoles de jazz : le CIM, l’American School of Music et le conservatoire national régional de la Courneuve en section jazz. J’ai appris le saxophone, joué à la Chapelle des Lombards et dans différents groupes, sorti des albums, notamment avec Dad. A quinze ans à l’école, je n’écoutais que du jazz et pour mes camarades de classe, j’étais un extra-terrestre. Lorsque je faisais du jazz, j’étais loin de n’écouter que ça. C’est un milieu assez sectaire et la trentaine arrivant, j’ai éprouvé le besoin de m’ouvrir à d’autres horizons. »

Après le split de Dad, Adrien Soleiman part dans sa maison de campagne en Bretagne et enregistre un EP quatre titres autoproduit qui le fait remarquer par plusieurs maisons de disques. « J’ai eu beaucoup de propositions puis j’ai finalement signé chez Tôt ou Tard (dont je n’avais jamais entendu parler même si, bien sûr, je connaissais les artistes présents sur le label). Être chez eux est un vrai bonheur. Durant l’enregistrement de l’album, ils ne sont jamais intervenus, de quelque façon que ce soit. Sur une major, je n’aurais pas eu cette liberté. »

Aujourd’hui, on ne nous offre que du prêt à consommer. C’est dommage.

Le disque est enregistré à la campagne dans un studio près d’Angers, le Black Box Studio. « C’est un studio vintage avec un son analogique. J’ai voulu enregistrer l’album loin de Paris pour que le soir après les sessions, le groupe ne se disperse pas. Je voulais créer l’unité la plus forte qui soit entre les différents musiciens et là-bas nous avions cela car nous dormions sur place. Le challenge était fort : nous devions enregistrer treize morceaux en neuf jours ! »

Le résultat de ces sessions abouti à Brille, un album particulièrement réussi ; un disque contemplatif entre le meilleur de la chanson française et une pop mélancolique et solaire dans lequel la voix haut perchée d’Adrien fait merveille. L’atmosphère qui s’en dégage évoque parfois Christophe. « Il n’est pas à proprement parler une influence mais j’ai une profonde admiration pour lui. Son dernier disque est magnifique. A 70 ans, innover encore à ce point, prendre autant de risques, chapeau ! » Adrien Soleiman s’inspire également de la pop anglaise la plus sophistiquée, celle de groupes comme Radiohead. « Ce que j’aime chez eux, c’est cette extrême complexité musicale mais qui n’est pas apparente. C’est très travaillé mais cela paraît simple. Et surtout, c’est fait sans vouloir en mettre plein la vue. »

Cette honnêteté qu’Adrien admire chez Radiohead est omniprésente tout au long des plages de Brille. « Je suis dans ma musique le plus sincère possible. Je ne triche jamais. De toute façon, le public ne s’y trompe pas et reconnaît les faussaires, les tricheurs. »

Adrien Soleiman regrette le temps de la chanson de qualité. « Mon père était fan de Julien Clerc, ma mère de Véronique Sanson. J’ai grandi avec ça. Véronique Sanson est une mélodiste hors pair et une excellente pianiste. A cette époque, les gens écoutaient ce que l’on appelle aujourd’hui de la variété mais qui était de l’excellente musique. Ce n’est malheureusement plus le cas, non pas que les gens aient mauvais goût mais on ne leur offre que du prêt à consommer. C’est dommage. »

>> adriensoleiman.com


Adrien Soleiman en entrevue dans Longueur dOndesBrille

Tôt ou Tard

Incontestablement, nous assistons à l’éclosion d’un nouveau talent dans la chanson française. Les paroles sont empreintes d’un spleen romantique, comme notamment les morceaux “Rue des Etoiles”, “La nuit tombée” et “J’ai le cœur enflé”. Sur ces textes, aussi personnels qu’intimes, Adrien Soleiman vient poser sa voix douce et haut perchée qui évoque à certains moments Christophe. A mi-chemin entre chanson et pop anglaise sophistiquée, Brille est un disque lumineux et solaire. Ce nouveau venu, malgré un parcours musical déjà riche, séduit avec ce premier album qui touche tant par sa poésie que par la subtilité et la délicatesse des arrangements musicaux.

Texte : Pierre-Arnaud Jonard
Photo : Christophe Crénel

Publié le