BUVETTE en entrevue sur Longueur d'Ondes - magazine N° 79 ©Agathe Zaerpour

« Mon quotidien est un rêve éveillé qui me permet d’interpréter ce que je ressens. « 

Qui a déjà vu Cédric Streuli en set sait qu’il se passe beaucoup de chose dans la tête du jeune artiste suisse. Avec son nouvel album Elasticity, on découvre, partiellement, la manière dont Buvette percevoit la réalité.

« Elasticity c’est une ville mais c’est aussi un village, une plage, un désert. C’est un monde intérieur accessible par l’imaginaire. Il y a de nombreuses portes. Mon quotidien est un rêve éveillé qui me permet d’interpréter ce que je ressens. » Ce brouillage entre imagination et réalité, il se construit sur une musique qui allie de l’organique (Cédric est batteur à la base) et une musique électronique entêtante, voire obsessionnelle. « Quelle est l’obsession? Celle de l’auditeur ou la mienne? Mon obsession se situe avant tout dans le fait de libérer les rythmes et les mélodies qui m’obsèdent. Il y a une cohérence dans l’album qui est due à la période temporelle de son élaboration qui fut assez courte. »

Si le musicien a du répondant, c’est parce ce qu’il connaît parfaitement son sujet : ce nouvel album vient après une longue carrière qu’il a démarré en 2000 ; ce dernier a été pensé avec précision. « C’est en général le rythme qui vient en premier. Je mets plus ou moins en place un processus de création par album. Celui d’Elasticity est le plus précis. C’est la première fois que je joue autant de batterie dans mon projet solo. Quasiment tous les morceaux de l’album ont démarré à la batterie. J’ai créé dans ma cave, enfermé pendant 3 mois à jouer tous les jours. Dans le labyrinthe rythmique, je commence à chanter des mélodies. Il s’agit ensuite de les capturer. Je travaille beaucoup de manière empirique. Une idée en amène une autre. Je n’arrive pas à faire un morceau entier d’après un plan défini. Chaque morceau est comme une aventure qui m’emmène d’un point A à un point B. J’accorde une grande importance au fait de retranscrire la sensation ou la couleur contenue dans un morceau. Je cherche à suggérer à l’auditeur des éléments qui dépassent la musique. Je veux que mes morceaux puissent représenter des odeurs, des lumières. J’aime parler de morceau “bleu”, “velours”, “lisse” ou “bâche tendue” au lieu de parler de notes et croches.. La sensation est plus importante.« 

Différent de The never ended celebration, son dernier album, ce nouvel opus témoigne de l’évolution artistique du projet solo Buvette : « Pour présenter Elasticity sur scène, j’ai choisi de m’entourer d’un groupe. Nous sommes quatre. C’est aussi un processus de travail très différent. Le plus excitant pour moi depuis longtemps. » On a hâte de découvrir cette nouvelle configuration en live !

>> soundcloud.com/buvette

Elasticity / Pan European Recording

LAURA BOISSET

Photo : Agathe Zaerpour

 

 


Publié le