Il y a un peu plus d’un an, un couple de jeunes réalisateurs et reporters franco-belge, Antoine van der Straeten et Élodie Fournot, décident de tout lâcher et de partir à l’autre bout du monde, en Nouvelle-Zélande. Pour cela, ils utilisent un Working Holiday Visa. Le principe est simple : une dizaine de pays offrent aux 18-30 ans la possibilité de venir une année afin de pouvoir visiter, mais aussi travailler sur place pour financer l’aventure. Un phénomène d’immigration de plus en plus répandu.

Working Holiday VisaAprès plusieurs mois passés sur les routes et au fil des témoignages qu’ils recueillent, ils décident de faire un film sur ce sujet encore méconnu. Particularité pour raconter cette aventure, deux moyens sont utilisés : la fiction et le documentaire. Un mix qui forme une seule et même histoire : « Working Holiday Visa ».

Synopsis : Steffen voyage en Nouvelle-Zélande pour quelques mois avec un WHV. Mais suite à un évènement inattendu, il abandonne son van et s’enfuit tout nu dans la nature. En questionnement sur le sens que prenait sa vie, avec ce trip initiatique, il découvre une vie faite de peu et de rencontres. Ce voyage va le transformer…

La musique originale du film (à découvrir lors de sa sortie) a été écrite par l’artiste Antinomy, qui a composé ces morceaux aussi lors d’un road-trip en Nouvelle-Zélande, avec pour attirail une guitare électrique, un yukulélé et la MAO. Autre singularité musicale : la participation du compositeur et interprète Alastair Campbell, qui apparaît dans le film. Néo-Zélandais depuis cinq générations, sa musique décrit un pan de la scène folk locale qui rend régulièrement hommage à la nature du pays et dont de nombreux artistes locaux s’inspirent. Enfin, le groupe français Spanked, apporte une touche de nuances rock-noise à cette BO, pour marquer les contrastes que font vivre ce type d’aventure, pas toujours si « funky ».

À quelques jours de la fin de la campagne de crowdfunding qui va permettre de faire les finitions du film, les réalisateurs vous invitent à découvrir, sur leur page KissKissBankBank, les subtilités autour du film et surtout espèrent profiter de cette occasion pour faire connaître « Working Holiday Visa ».


Publié le