Narvalo city rockerz
(Autoproduit)

JohnnyMontreuilSur le terrain vague qui longe la bretelle d’autoroute, une vieille Peugeot 504, les pneus crevés, prend la rouille. Les vitres sont brisées et le moteur a rendu l’âme, mais la caravane qu’elle tirait derrière elle sert encore. Johnny Montreuil et sa bande de narvalos vivent là. C’est un drôle de gars, le Johnny ! Droit dans ses santiags trois fois ressemelées, le cuir usé par la sangle d’une guitare, il chante qu’il veut se « barrer loin d’ici et aller se faire voir ailleurs ». Difficile de l’imaginer pourtant en d’autres lieux que dans ses rues où tous les pavillons se ressemblent. Johnny Montreuil est comme la ville dont il emprunte le nom : chaleureux, simple et sincère. Ses rouflaquettes dépassent de la contrebasse et sa musique déborde sur la gauche, une sorte de rockabilly à la sauce manouche, entre Johnny Cash-converter et Sanseverino-man’s-land. Un premier disque qui sonne comme là-bas, de l’autre côté du périph’. johnnymontreuil.com

Yan Pradeau


Publié le