BASHUNG, L'UNIQUEL’excellente émission : “ALAIN BASHUNG, LA MUSIQUE DU HASARD” à ne pas rater sur France Culture le samedi 18 octobre, 16 h / 17 h par Pierre Mikaïloff – réalisation : Nathalie Salles. Alain parle, survole sa carrière et ses proches racontent :

Chloé Mons : chanteuse, comédienne et épouse d’Alain Bashung

Boris Bergman : parolier

Yan Péchin : musicien

Jean Fauque : parolier

Jean-Louis Piérot : réalisateur et musicien (Habillage musical : Yan Péchin)

Ses douze albums studio sont autant d’étapes vers une destination connue de lui seul, douze facettes d’un personnage polymorphe, douze tentatives de recomposer une identité brouillée. 1966-1980 : quatorze ans pour devenir l’interprète de “Gaby”. 1980-1982 : deux ans pour confirmer, avec “Pizza”, qu’un rock français adulte est possible, avant de connaître sa première dépression nerveuse, disparaître des radars, et revenir avec “Play blessures”, soit le meilleur album de new wave jamais enregistré par un artiste français. Son parcours discographique est entrecoupé de tournées au cours desquelles il se réinvente en compagnie de musiciens triés sur le volet, repoussant toujours plus loin les limites de son univers musical et visuel. Au milieu des années 1990, “Chatterton” amorce une nouvelle approche qui conduira à “Fantaisie militaire”, puis à “L’Imprudence”, album gazeux, complexe bien qu’épuré, que l’on qualifierait de chef d’œuvre si le terme n’était pas si galvaudé. La sortie de “Bleu pétrole” est ponctuée d’une série de concerts miraculeux qui semblent défier le sort. Alain Bashung a construit plus qu’une œuvre : un univers avec lequel chaque auditeur entretient une relation intime.

Infos ici.

Teaser ici.


Publié le