« The cat. Not me.« 
(Tucson Music Factory)
Marianne DissardElle n’est jamais au même endroit et semble toujours un peu en exil. Marianne Dissard est ainsi, insaisissable, et pourtant sachant mettre en avant une signature affirmée à chaque disque. « The Cat. Not me » succède à « L’abandon », et se révèle une œuvre majestueuse, toujours différente. La Française a depuis longtemps prouvé son talent pour bien s’entourer et cette fois c’est Sergio Mendoza que l’on retrouve à ses côtés. Avec beaucoup d’à-propos, Marianne change souvent d’atmosphère, sans jamais se tromper. Longues ballades tristes (« Salamandre », « Oiseau », « Am Letzen »), grandes envolées (« Je ne le savais pas », tout en cordes et cuivres), ou titres plus rock (« Mouton bercail », le cinglant « Election »), difficile de ne pas être pendu à cette voix singulière, qui caresse et feule. La richesse de l’instrumentation laisse quand même les morceaux s’exprimer et ceux-ci restent très dynamiques. www.mariannedissard.com
Mickaël Choisi

Publié le