Garciaphone

« Constancia »
(Talitres)
L’Auvergne n’a jamais été aussi proche de l’Amérique, surtout celle de l’indie pop des années 90 et des débuts 2000.
Dit comme ça, ça peut surprendre, mais l’écoute de ce premier long format des Clermontois de Garciaphone les révèle en effet fortement inspirés par des groupes comme Pavement ou Grandaddy, sans pour autant qu’il y manque une touche personnelle prenant plusieurs formes. C’est souvent la mélancolie, jamais vraiment loin, qui émane de ces guitares au son râpeux et confortable à la fois (le riff d’entrée de « Bad shepherd », « Constancia »), d’une ambiance vaporeuse, mais surtout de mélodies pour le moins imparables. D’une pop soignée (« Lukoie », à la simplicité assumée), à des ballades irréprochables (« Two wounded hearts », Pantomime »), le trio mené par Olivier Perez sait tout faire, ne s’en prive pas et assume sa volonté d’orfèvre. Le résultat est d’une cohérence réjouissante, où chaque écoute suscite plaisir et envie d’y revenir. www.garciaphone.com
Mickaël Choisi
Ecouter avec deezer


Publié le