Lili Cros - Photo : Marylène Eytier
L’Européen (Paris), le 27 mars 2013
C’est au 3 de la rue Biot, dans le 17e arrondissement, tout près de la place de Clichy (embouteillée, comme à l’accoutumée), que Lili Cros et Thierry Chazelle ont décidé de présenter leur deuxième album commun, « Tout va bien », avec un nouveau spectacle à la clé.
La salle ronde en gradins de l’Européen (http://www.leuropeen.info) se remplit peu à peu. Le public est majoritairement « entre deux âges », les discussions sont gaies, animées, jusqu’à l’entrée en scène du couple de musiciens, applaudi avec force et chaleur.

Lili est à la basse acoustique et à la (petite) grosse caisse, Thierry à la guitare (puis plus tard à la mandoline) ; tous deux sont vêtus avec goût, les couleurs de leurs vêtements sont accordées : tons clairs, beiges, gris, marron, verts… Pour elle une robe en madras, corsetée et lacée au dos ; pour lui un pantalon en velours, une chemise unie et un élégant gilet, un seyant petit chapeau…

Après « Les amoureux » inspiré par Amélie-Les-Crayons et présent sur le deuxième album, retour sur le premier avec « Voyager léger », en référence à la vie de bohème, sur la route, concert après concert.

« J’aimerais dédier la chanson suivante à une société qui a fait parler d’elle récemment » annonce Thierry, en jouant le petit jingle de la marque Findus. « Que font les supermarchés ? » telle est la question posée, avec sa ribambelle d’autres interrogations : qu’achetons-nous réellement, que mangeons-nous réellement, sommes-nous des objets préprogrammés à consommer ?

Lili enchaîne au chant avec « L’homme de sa vie » ou comment faire pour ne pas le rencontrer, puis c’est de nouveau à Thierry de chanter seul, à la guitare,  « Les bras de rivière », fortement influencé par la Bretagne, où le couple s’est installé il y a quelques années. Lili se déplace sur la scène et ouvre un à un des parapluies de photographe. C’est romantique, et poétique !

« À la radio » est un titre du premier album ; comme (ils viendront plus tard dans le répertoire) l’excellent « Clint Eastwood » ou le libidineux « Client d’Erotika »

Thierry est originaire du Havre et le chante avec conviction tandis que Lili l’accompagne aux chœurs. « Le Havre, sur le port » figure sur son album « Un monde meilleur » (2008) et finit ce soir-là par un duo déchaîné de guitares.

« Le sac à main » est redoutable pour un homme qui doit y chercher quelque chose ; la mise en scène du couple jaloux sur « Tiki Iou » entraîne les rires du public, les tatouages d’ »I am a dog » aussi (il s’agit d’une chanson française en anglais, précise Thierry).

Changement d’ambiance sur « L’éclaireur » puis « La fièvre », où Lili époustoufle l’auditoire avec sa voix prodigieuse. Le ton redevient humoristique grâce aux « Anthropophages » (qui aiment bien les gens) puis optimiste car « Tout va bien » (tu me tiens par la main).
C’est la fin du spectacle (croit-on), il y a un tonnerre d’applaudissements dans la salle et les gens sont debout ; Lili et Thierry ne se font pas prier pour revenir et réserver le meilleur pour la fin avec « La mort d’Ulysse » aux mots sensibles et troublants chantés par elle, et ce « Monsieur Gaston » chanté par lui tandis qu’elle joue des balais sur la caisse claire.

Thierry remercie les personnes qui ont contribué au spectacle : au son (excellent au demeurant)  Florian Chauvet, aux lumières Eric Planchot ; la direction artistique est assurée par Jérôme (Ignatus) Rousseaux, la mise en scène par Fred Radix, les costumes sont de Mélanie Bocquel… Au deuxième rappel, « on recommence le spectacle au début » lance Thierry. Le concert se clôt comme il a débuté, avec ces « Amoureux » dont personne ne connaît le nom. Lili ferme un à un les parapluies avant de rejoindre Thierry aux chœurs ; ces deux-là, musiciens accomplis, ont vraiment donné un concert épatant !

Le site officiel de Lili Cros et Thierry Chazelle :
http://www.liliplusthierry.com
Le blog de Lili Cros :
http://www.lilicros.com/blog

Elsa Songis
Photos : Marylène Eytier

Publié le