Electric Electric« Discipline »
(AfricAntApe, Sisckroom Records, Kythibong, Murailles, Herzfled / La Baleine)
Après un premier coup de Trafalgar (l’art de surprendre pour obtenir l’avantage sur l’adversaire) en 2008 avec « Sad cities handclappers » et les attaques météorites qui pilonnèrent les salles de concerts par la suite, les Strasbourgeois reviennent à l’assaut avec leur noise bruitiste mi-instrumentale. Edité sur plusieurs labels, ce second album de 11 titres se veut être « une vision personnelle de la dance music ». Ces (hors-)pistes sentent l’énergie des bas fonds, étranglé(e)s par une rythmique nerveuse et des larsens qui enchaînent les guet-apens. Et si tout commence par quelques percussions, la suite se gâte chaque fois dans l’écho des cordes électriques et acides. Difficile d’imaginer que l’hydre n’a que trois têtes, tant la densité polyrythmique vous saute à la gorge. De l’expérimental, certes, mais surtout une incroyable énergie épileptique qui s’écoute vent debout. electricelectric.fr
Samuel Degasne

 

Ecouter avec deezer

Publié le