Principles of Geometry

« Burn the land & boil the oceans »
(Tigersushi)
Ce duo lillois suggère de redécouper le territoire à sa façon, inspiration Attila : on brûle tout et on recommence. Normal que de la fumée s’échappent encore des cendres sur les trois titres d’introduction : les synthés analogiques sont les premières créatures en éveil dans ce nouveau monde. Atmosphère cosmique pour un nouvel âge synthétique. L’ère « Moloch » annonce l’arrivée du beat, d’abord lent puis plus prégnant sur « Mongrel ». On aperçoit dans cette électronica touffue, parfois opaque, des symboles christiques avec cette rythmique Tellier et ce slap de basse de basse portant la croix de Justice. Mais jusqu’ici, l’ensemble est encore flou. La lumière jaillit sur la seconde partie de l’album, à partir d’ »Americhael » et son italo-disco cosmique. Place à la béatitude, ambiance Boards of Canada (« Zero in the zenith », « Bethanie »). Plus légère, la musique laisse alors entrevoir des lendemains qui chantent.
www.principles-of-geometry.com

Damien Baumal



© 2012 - 2014  Longueur d'Ondes - Design par Shake Studio & Iconoclaste