Tu parles d’une relecture : les Bee Gees en mode électro-pop / folk, il fallait oser ! Pas de Printemps pour Marnie (c’est le nom du groupe, qui est aussi le titre d’un film d’Hitchcock), après s’être fait remarqué en  2008 avec un album de reprises de My Bloody Valentine (« My Bloody covers »), propose aujourd’hui un grand écart dans le temps en confrontant les tubes des empereurs du disco à des traitements très contemporains. Les titres sont quasi méconnaissables, souvent accompagnés d’une chorale d’enfants (« Night fever », « You should be dancing »…) ou exécutés à la gratte sèche et voix féminine, façon Suzanne Vega (« Stayin »alive », « More than a woman »). Les arrangements ringards font place à de belles atmosphères pop (« How deep is your love »), mais les adaptations sont parfois un peu tirées par les cheveux (ou la barbe, c’est selon). Cela dit, la démarche a le mérite d’être originale ; les groupes s’adonnant à l’exercice de la cover se limitant généralement à un seul titre. www.myspace.com/pasdeprintempspourmarnie (« Nuit Fièvre », sortie le 16 août chez MVS / Anticraft)


Publié le