« Clown jazz »
(Gringo Records)

Gravée sur vinyle, la rencontre entre les Anglais Souvaris, et les Bordelais Sincabeza, partie de plaisir amicale mais engagée, chacun s’appliquant à dévoiler son jeu sans détour : un rock instrumental au groove percutant… Les premiers lancent « Great Scott », élégante démonstration aux mélodies galopantes, étoffent, puis épurent avec luminosité. Enchaînement avec l’intensif « Hello, Antelope » ; les guitares grattent et un clavier crée sa touche de légèreté. Les couches s’ajoutent, un break au piano, et les lignes claires et saturées repartent gaiement. Les seconds accueillent un quatrième membre, pas seulement en renfort, aussi là pour couvrir des perspectives encore inexploitées. Alors, vigoureux et vibrant, « Bacalacola » nous envoie violemment valser… « Facile à compter », avec une attitude impulsive toujours plus marquée, et le final, imposant et virevoltant de « Malalido ». La tête tourne, tourne… www.sincabeza.org/sincavaris

Béatrice Corceiro


Publié le