“Syndrome de Stockholm”
(Z.F.record)

Depuis le trip hop mâtiné d’électro-rock de leur prometteur premier album “Interhôtel”, le jeune trio a pris une tournure plus froide, intensifiant ses affinités avec le big beat. En même temps, le propos se fait lui aussi plus dur, jetant un regard aussi noir qu’éclairé sur notre monde moderne. En filigrane, un texte sans concession placé le lendemain du 11 septembre 2001 sur Internet par un inconnu, constat désabusé de l’acceptation passive par chacun des travers destructeurs de notre société, tel l’otage subissant le syndrome de Stockholm. De ces diatribes portées par une électronica sous tension aux tissus plus soyeux de mélodies planantes évocatrices d’ailleurs, de paysages trip hop à la Morcheeba qui imprègnent toujours l’imaginaire du groupe et de la voix caressante de Sandra, Lima*Djari dessine des espaces troubles, à la fois ouverts et suffocants, infinis et claustrophobes. limadjari.fr

Jessica Boucher-Rétif


Publié le