“Libérez la bête”
(Anfalsh / Ladilafé)

C’est un cri de rage animal lancé au vent, un rugissement acéré résonnant jusqu’aux tréfonds des tours de béton et faisant trembler les os des passants. Cette fille-là vous arrache les tripes avec les ongles, saute à la corde avec, avant de vous envoyer bouler dans le caniveau. Aucun répit n’est permis, la détresse et la souffrance sociale ne prennent pas de vacances. Car c’est de cela que cause Casey, écœurée par l’intolérance et le racisme, qu’elle va jusqu’à comparer au colonialisme, mais aussi par le diktat du bling bling, les rappeurs de pacotille qui se la pètent et les politiques démagos dont elle pointe les manquements. Une révolte sous laquelle perce un idéalisme intransigeant. Elle joue avec les assonances et les rythmes avec une aisance à couper le souffle. Sa poésie riche et tranchante est portée par sa voix sans artifice et un flow incisif et rare, reconnaissable entre mille. Bluffant. myspace.com/caseyofficiel

Aena Léo


Publié le