« Down under the elevator »
(Autoproduit)

Enregistré dans la discrétion d’une cave de Montparnasse, ce troisième album confirme la valeur du trio parisien qui mérite pleinement de sortir enfin au grand jour. Il signe une nouvelle évolution, en douceur. Après un deuxième album plus pop-rock, le groupe revient à ses premières amours électro et en teinte fortement son trip hop tout en le tempérant de quelques guitares souvent caressantes, parfois plus nerveuses. Suivant le rythme d’une respiration lente et approfondie de basses sourdes, les morceaux se déploient dans une grâce infinie. Marqués d’une mélancolie tenace, ils tapissent l’espace de leurs climats feutrés aux mélodies subtiles. Se fondant dans les nappes vaporeuses de ce vague à l’âme, la voix d’Emma réveille les tristesses autant qu’elle les apaise. Quelques expérimentations discrètes renforcent le caractère si captivant de ce trip hop qui mérite désormais sa place parmi les grands noms du genre. 16pac.free.fr

Jessica Boucher-Rétif

Publié le