Marjolaine

Précisons d’abord une chose : la rencontre avec Marjolaine et Rémi a eu lieu sur Skype (téléphone par Internet). Elle a duré environ 45 minutes et dans ce laps de temps, on a digressé sur « la vie intime des chaussures » ou disserté plus sérieusement sur les ateliers d’écriture. Skype restant encore bancal, il y aura eu quelques coupures. Mais finalement, ça ressemble assez à Marjolaine et Rémi. Agés, si l’on en croit leurs dires, « de 4 et 5 ans », ces deux acolytes aiment l’humour série B et les blagues absurdes. C’est donc au troisième degré qu’il faut prendre certaines de leurs citations, tout comme leur nom…

Marjolaine Babysidecar est donc né de la rencontre de Marjolaine Karlin, chanteuse rock rigolote, et de Rémi Sciuto, musicien de jazz lui aussi rigolo. Elle est influencée par Queen « mais elle se soigne », lui est un fan de David Bowie première époque. « On a commencé par être frère et sœur, » explique Marjolaine, « et maintenant, sur scène, on est jumeaux. »

Après deux minis, cet improbable duo sort son premier album « Médecine foraine ». Ecrit à la maison, dans une cave qu’ils ont aménagée en home-studio, l’objet a été conçu en plusieurs fois. Marjolaine indique : « On a d’abord fait un troisième mini qui n’est jamais sorti, une sorte de brouillon, on a repris tout ça pour faire cet album. Notre premier mini était très brut, le deuxième était très produit, pour celui-ci, nous avons voulu quelque chose qui sonne entre les deux. » Mélange de guitares rocailleuses et de vents plus légers, l’album se situe à la frontière de la chanson rock et d’un jazz qui se serait aventuré à dos de poney dans une clairière pop.

Il y a des claviers bizzaroïdes, des breaks impromptus (« Une de trois »), des collages boiteux, des voix dissonantes (« Tais-toi »). Les textes, eux aussi, ont un grain. On trouve un couple qui s’embrasse dans le fossé, une rupture bien contée (« désAime-moi »), des « BX » et un western moderne « between Gare du Nord et Gare de l’Est ». Pour compléter le tout, Marjolaine et Rémi tourneront avec Robert, leur camion-scène de 13 tonnes. Ils feront cohabiter Marjolaine Babysidecar avec Wildmimi Antigroove Syndicate, l’excellent projet jazz loufoque de Rémi Sciuto. Vous avez dit originaux ?

Bastien Brun

« Médecine foraine » – Les Psychophones Réunis / Anticraft / Photo: Marie Delagne

myspace.com/marjolainebabysidecar


Publié le