Bandeau Longueur d'Ondes n° 101

TURFU

“Try to tell me”

 

Présentation

Raphaël : « Matthieu est à la batterie et aux synthés. Il vient de l’école du jazz et de la musique électronique qui lui ont permis de jouer avec des artistes comme Pavane, Labelle ou encore Erik Truffaz. Lors de notre rencontre dans un camp de musicien·ne·s en 2014 au Portugal, il est complètement tombé amoureux des musiques traditionnelles, particulièrement du côté champêtre et dansant. »

Matthieu : « Raphaël est accordéoniste. Il a écumé les bals en Europe, mais les vapeurs de musique électronique s’intensifiant, il est devenu difficile de ne pas y succomber. Notre direction commune c’est de faire danser en s’inspirant de techno, de musique répétitive, de trad et d’espièglerie. On construit alors ensemble un répertoire de fête, d’amour, et d’amour pour la fête. »

“Try to tell me”

Raphaël : « “Try to tell me” est une invitation à ne pas rester dans le silence. C’est le moment de s’exprimer, de dire les choses enfouies au plus profond de nous, de provoquer les émotions qui bouillonnent dans notre fort intérieur depuis si longtemps. C’est une course effrénée et pleine de cris entre deux amant·e·s qui se déchirent, puis se rabibochent. »

Clip

Matthieu : « C’est un dialogue entre deux êtres et deux couleurs complémentaires. Cette dualité humaine et chromatique évoque la question du genre, brouillant les pistes en utilisant les clichés du rose et du bleu, imposés par notre société. Dans ces mouvements vibrants et sportifs, deux corps colorés stroboscopiques se mélangent, se séparent, se rapprochent, s’éloignent, pour finir par ne faire plus qu’un dans une danse frénétique sous lunette 3D. Les deux personnages lévitent et fusionnent pour donner naissance à une nouvelle teinte : le mauve fluo. »

Raphaël : « Ces images tournées au téléphone entre slow-motion et pixellisation font voler les deux protagonistes dans un environnement bucolique et sauvage, jouant ainsi sur une forme de magie optique, cheap et auto-dérisoire. Le regard toujours sérieux, ils nous emmènent dans leur terrain de jeu secret, une ancienne kermesse enfouie sous une nature luxuriante. »

Projets

Matthieu : « Après une centaine de dates et un premier EP en 2019 sorti sur notre label Airfono, on s’apprête à sortir notre premier album Astrale Nouba. On affirme une esthétique beaucoup plus électronique, ce qui nous définit maintenant comme les fervents défenseurs de la « Dark guinguette ». Dans un grand bal fluorescent, on aborde les thèmes de la fougue, la frénésie ou l’ivresse. Ceux-ci sont traduits par des mélodies tantôt rustiques, tantôt sauvages, accompagnées par des rythmiques à propulsion synthétique. »

Raphaël : « Une réjouissante collaboration avec la chanteuse Kate Young (Moulettes, Carthy, Hardy, Farrell & Young) a donné naissance au titre éponyme “Astrale Nouba”, chant traditionnel bulgare mêlant techno pop et voix de sorcières sous cocktails. Un clip est en cours de montage et devrait arriver courant janvier. On retrouve également sur ce disque le guitariste Pierre Tereygeol (Xaman, Baa Box) sur “Cercle” et le percussionniste Gino Groeneveld (Altın Gün, Jungle by night) sur “Poney Club”. On projette également de produire des clips pour ces morceaux. »

Matthieu : « On explore sans cesse les différents chemins vers le dancefloor. On travaille en étroite collaboration avec la salle de concert Paul B à Massy un live proche du DJ set, enchaînant les morceaux sans coupure, au service d’une transe collective. Grâce à un récent dispositif vidéo créé par l’incroyable Kaspar Ravel, nos concerts vont offrir une nouvelle dimension interactive avec notre public. »

Raphaël : « Astrale Nouba n’attend plus qu’à être révélé sur scène pour vous emporter dans une fête cosmique célébrant le corps, le mouvement et l’allégresse. Soyez prêt·e·s à altérer vos perceptions et vous transporter sur orbite, pour un voyage électro et magnétique. »

>> Site de Turfu

 

ARTICLES SIMILAIRES